Le blog des conseillers Fleurs de Bach


Poster un commentaire

Chez Canon : sourire obligatoire !

Voici un article du journal 20 minutes qui m’a quelque peu choquée :

« Afin d’accéder à leur lieu de travail, les salariés chinois de Canon doivent obligatoirement sourire. Sinon ils ne sont tout simplement pas autorisés à entrer dans les locaux. Selon le Financial Times, l’entreprise a en effet décidé d’installer des caméras et un système d’intelligence artificielle aux quatre coins de ses bureaux chinois, rapporte Capital.

Concrètement, ce système exige que les salariés fassent un sourire pour accéder à une salle de réunion ou simplement à leur bureau. Ce dispositif avait déjà été dévoilé par Canon l’an dernier au milieu d’autres outils prévus pour améliorer la gestion des ressources humaines. A l’époque, cette annonce n’avait pas suscité vraiment de réaction ».

Que penser de cette décision ? peut-on et a-t-on le droit d’obliger quelqu’un à sourire s’il n’en ressent pas l’envie ou le courage ?

Comment peut-on penser qu’un sourire forcé peut améliorer les choses ?

Comment peut-on croire que le fait d’enfouir derrière un sourire, les anxiétés, les peines, les inquiétudes et peut-être même un profond tourment intérieur, peut permettre d’oublier un mal-être et vivre sereinement ?

Nous savons aujourd’hui, qu’il est néfaste de garder en soi les états émotionnels négatifs. Ne pas les extérioriser est toxique pour le mental et pour le corps. Les rééquilibrer est donc une nécessité.

Alors comment faire ?

Dans la méthode du Dr Bach, parmi les 38 fleurs, il y en a une qui est là pour permettre d’accepter, évacuer et exprimer ses émotions aux personnes qui aiment la paix, qui évitent querelles et discussions et qui cachent leurs soucis derrière l’humour et le badinage ; C’est la fleur Agrimony.

Cette fleur aide les personnes voilant leurs souffrances morales derrière un masque jovial. Celles-ci peuvent même tomber dans l’alcool, les drogues, la nourriture par excès afin de supporter leur mal-être. Agrimony les amènera à relâcher la tension intérieure, à communiquer franchement leurs vrais sentiments et à considérer les problèmes dans leur contexte, sous un angle différent.

Alors, une gaîté profonde fera place à cette joie superficielle qui les habitait. Le rire viendra parce qu’elles auront envie de rire, le sourire rayonnera parce qu’elles seront heureuses et non parce qu’elles devront arriver sur leur lieu de travail en faisant semblant.

Messieurs-Dames, même si vous ne travaillez pas chez Canon en Chine, pensez à cette fleur qui peut être libératrice. Si vous vous retrouvez dans le portrait tracé ci-dessus, n’hésitez pas, essayez la fleur Agrimony : une légèreté vous envahira.

Toutefois, si malgré la prise d’Agrimony, votre état émotionnel n’est toujours pas au beau fixe, peut-être vous faut-il d’autres Fleurs. Je vous invite donc à faire appel à un(e) conseiller(e) en Fleurs de Bach. Il (elle) pourra, au cours d’un entretien, repérer les émotions dérangeantes qui sont en vous et vous proposera ainsi un flacon personnalisé contenant les fleurs qui vous seront nécessaires.

Rien n’est plus trompeur qu’un sourire. Et nul ne le sait mieux que celles et ceux qui se cachent derrière lui

Réplique de Marie Alice dans Desperate Housewives

Patricia


Poster un commentaire

Des Fleurs pour les parents

En ces mois des fêtes des mères, des pères, bref des parents, l’envie m’est venue de parler de relations parents/enfants et notamment d’éducation positive.

J’aime à dire que choisir l’éducation bienveillante et positive* pour nos enfants ce n’est pas aplanir le chemin qu’ils vont suivre mais les aider à négocier bosses, virages et autres accidents de terrain qui se présenteront à eux. Ce n’est donc pas dire « oui » à tout, mais être présent auprès d’eux envers et contre tout. Ce n’est pas accepter toutes leurs demandes mais leur poser des limites qu’ils puissent percevoir comme claires et définies. Difficile, très difficile, travail d’équilibriste. Une étude canadienne a démontré que les parents qui décidaient d’une telle éducation était beaucoup plus fatigués que ceux qui optaient pour une parentalité plus autoritaire…

Or, c’est nous, et nous seuls, qui avons la pratique. Et nous naviguons à vue, avec quelques outils, beaucoup d’envies et surtout, surtout, énormément d’amour. Un joli cocktail qui n’empêchera pas les erreurs et les ratés mais nous permettra d’être le plus cohérent possible en étant le plus proche de notre cœur. Nous y voilà ! Le cœur ! Et donc, les émotions… les voici les actrices principales des relations parents / enfants. Les Fleurs de Bach nous aident à les apaiser, à les apprivoiser, à les digérer : un petit coup de pouce de leur part ne pourra qu’être le bienvenu dans la si chouette Aventure qu’est celle d’être parent.

« Je n’en peux plus, je suis aux petits soins avec lui. Il en demande toujours et encore plus. Je donne, je donne, je donne parce que cela me semble juste. J’ai quand même l’impression que cela ne s’arrête jamais. Parfois j’aurais envie de dire non mais je n’y arrive pas » – « Je suis détendu et paisible avec les enfants, et tout à coup, il suffit qu’ils fassent un truc de travers et je pars en vrille, j’explose. Cela me fait et leur fait peur » – « Je m’en veux terriblement car j’ai la sensation de ne pas faire ce qui est bon pour eux. » – « Le comportement de mon ado. m’irrite, je ne supporte plus tout ce qu’il fait, un rien m’exaspère »…

Bien entendu à chaque situation un mélange spécifique sera adapté : je ne peux que vous inviter à vous rapprocher d’un conseiller pour vous aider à démêler vos sentiments et à choisir le flacon qui vous aidera au mieux. Ou alors, pourquoi pas à découvrir les Fleurs de Bach via un atelier ou une formation pour apprendre peu à peu à les utiliser pour vous comme pour votre entourage ?

Une chose est sûre, je l’ai testé pour vous, les Fleurs de Bach peuvent être des alliées sûres quand nous sommes dans la tourmente 😉 Prenez-soin de vous les parents ! Par ricochet, vous prendrez ainsi soin de vos enfants…

Virginie Lespingal

*Pour en savoir plus sur l’éducation positive, je vous invite à découvrir le travail de la psychologue Isabelle Filliozat, du Dr Catherine Guegen, ou encore celui de l’accompagnante en parentalité Catherine Dumonteil-Kremer. Pour s’informer sur ce qu’est la VEO (Violence Educative Ordinaire) le film de Marion Cuerq « Même qu’on nait imbattables » est une pépite.


Poster un commentaire

Le conseil en fleurs de Bach : un métier

Le conseil en fleurs de Bach est un MÉTIER, un beau métier, mais difficile, il demande de la connaissance, des fleurs, de l’humain, de l’écoute, du respect de la souffrance de l’autre qui nous fait confiance, et beaucoup d’équilibre pour espérer comprendre et équilibrer à notre tour les émotions de celui où celle qui demande notre aide.

Pour cela l’utilisation des fleurs au quotidien pour nous même est nécessaire.
Cependant, comprendre de quelle.s fleur.s nous avons besoin à ce moment là n’est pas toujours aisé.
Pas simple de se voir comme on est, pas simple de comprendre ce qui nous fait souffrir, par déni, par culpabilité, par honte, par faiblesse, parce qu’on a « la tête dans le guidon » on ne voit pas toujours la bonne fleur.
Dans ce cas il est bon de faire appel à un.e collègue car cela facilite la prise de conscience.
Un regard extérieur, c’est de cela dont nous avons besoin à ce moment là.

Mon petit conseil du jour :
Vous conseillez les autres ?
Pensez aussi à être conseillé, vous découvrirez des subtilités des fleurs, vous les testerez, vous avancerez dans votre connaissance de la méthode et vous pourrez mieux les conseiller à votre tour 🌸💖

Merci à mes collègues du blog toulousain
http://www.conseillerfleursdebach.wordpress.com

Marianne


1 commentaire

Les mots manquent aux émotions

Les mots manquent aux émotions (Victor Hugo : 1802-1885).

Qui n’a pas eu cette difficulté de trouver les bons mots pour décrire exactement l’émotion qu’il ressent ? Qui n’a pas préféré se taire faute d’avoir les mots qu’il fallait pour les exprimer ?

Parler de ses émotions est difficile !

Nous nous heurtons, souvent, à une réticence de dévoiler un pan intime de notre être que nous apprenons à taire depuis la tendre enfance. L’émotion est trop souvent encore perçue comme une marque de faiblesse, de non contrôle de soi, parfois même d’inintelligence alors que justement elle n’a rien à voir avec notre intellect.

Au delà de cette réticence, reste que, trouver les mots justes, dépend aussi de la personne à qui nous parlons.

Si c’est un monologue de moi à moi, je risque de « tourner en rond » car soit j’évite d’aller voir la partie de moi qui me déplaît, soit je ne prends pas le temps nécessaire à mon introspection.

 Si je me confie à quelqu’un de mon entourage, arrive alors une foule de questions :

Ne vais-je pas risquer de blesser, d’être jugé-e, d’être même détourné-e de mes préoccupations du moment ?

L’interaction sera-t-elle fructueuse pour me permettre de  dérouler le fil de mes émotions ?

Mon interlocuteur aura-t-il la patience de m’écouter ?

Lui sera-t-il possible de recevoir mes émotions sans lui-même être touché-e dans sa sensibilité ?

Comprendra-t-il les émotions que je veux exprimer, mon langage, les mots que j’utilise pour les décrire ?

Si les mots nous manquent pour décrire nos émotions, le plus souvent cela est dû à nos réticences et aussi à la qualité d’écoute qui nous est offerte.

Pourtant, les exprimer par des mots est un premier pas pour prendre conscience de ce qui nous habite, pour apprendre à nous connaître et pour nous libérer des émotions qui affectent notre bien-être et notre santé. « Ce qui ne s’exprime pas, s’imprime » dit l’adage…

C’est pourquoi, le conseiller en fleurs de Bach est formé et entraîné à cette écoute particulière des émotions.

Il est un spécialiste des 38 fleurs de Bach qui décrivent chacune un état émotionnel précis. Il saura vous aider à comprendre et nommer exactement les émotions que vous ressentez du fait de ses connaissances. Il traduira vos émotions en « fleurs » pour un meilleur conseil d’utilisation de cette merveilleuse méthode du Docteur Bach (1886-1936).

Cependant, le plus important qu’il puisse vous offrir, c’est cet espace d’écoute bienveillant, rassurant, prenant le temps nécessaire, qui vous met en confiance pour parler. Vos émotions seront reçues avec simplicité, compassion et humilité, les maîtres-mots du conseiller en fleurs de Bach, agréé par le Centre Bach.

Tentez cette expérience unique de connaître vos émotions, de vous comprendre et de vous accepter car dans l’émotion qui vous dérange, vous réaliserez que vous avez aussi le potentiel de l’équilibrer.

Mais cela fera l’objet d’un prochain article !

Hélène

https://www.fleursdebach-eprth.fr/


Poster un commentaire

Un chat et des fleurs…

Lorsque nous découvrons les fleurs, nous ressentons cet enthousiasme de les faire connaître autour de nous, de partager notre découverte, de mettre en pratique ce que nous avons appris. Nous pensons à notre famille, à nos amis et bien sûr à nos chers animaux de compagnie. Et c’est avec mon chat que mon enthousiasme est retombé en pluie fine…

J’ai tout essayé, mettre les gouttes de mélange dans sa boisson, il ne voulait pas boire. Impossible de lui mettre dans la gueule, car cela le rendait anxieux et il mordait. Placées sur la nourriture, les gouttes n’avaient pas plus de succès, il laissait de côté ce qui avait été en contact avec elles. Sur les pattes, ça n’a fonctionné qu’une ou deux fois, après il se méfiait et s’enfuyait.  

J’étais déçue de ne pouvoir lui apporter cette aide qui pourtant l’aurait bien apaisé puisque suite à un événement traumatisant vécu chez le vétérinaire, le rendez-vous annuel de vaccination était devenu pour lui un vrai cauchemar. Mais n’ayant aucune solution pour lui donner des fleurs sur le long terme, je me suis contentée de mettre des gouttes sur mes mains et de le caresser au moment où il commençait à stresser voyant arriver sa boîte de transport. C’était toujours ça…

Chat et Fleurs de Bach
Pampa dans les Stars of Bethlehem

Mais voilà que dernièrement, me sentant gênée par une émotion, je me suis préparé un verre avec la fleur correspondante. Après avoir pris plusieurs gorgées je me suis installée sur mon canapé pour bouquiner et ai posé mon verre à portée de main sur la table basse. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre un lapement tout près de moi. Mais je ne rêvais pas, Pampa était en train de boire dans mon verre !

Ma première réaction a été de dire : « Mais enfin, tu ne veux pas prendre des fleurs de Bach et tu bois les miennes !». Et là comme il n’y a pas de hasard, je pense au rendez-vous pour le vaccin prévu dans quelques jours et je lui prépare aussitôt un verre de fleurs où il boit sans réticence. Je n’ai pas d’explication, certainement une question de circonstance, et surtout de confiance…Alors tous les jours durant la semaine précédant le rendez-vous, je lui ai préparé des gouttes qu’il buvait régulièrement dans la journée.

Arrive le jour J, étonnamment pas de stress pour rentrer dans sa boîte de transport, pas de miaulements mécontents pendant le trajet. Et dans la salle d’attente, il reste en position d’observation certes, mais pas de grognements habituels du fond de sa boîte. Quand le moment d’ouvrir son refuge devant le vétérinaire arrive, il était loin d’être fier et ne voulait pas sortir mais au moins nous n’en étions plus aux feulements et coups de griffes…

En une semaine, Star of Bethlehem et Rock Rose l’ont tellement rassuré et apaisé ! Quels magnifiques effets !

Ce rendez-vous au contexte plus calme permet de mieux échanger avec le vétérinaire et de pouvoir prendre le temps d’évoquer un comportement apparu ces derniers temps et éclairer le choix d’une fleur. Walnut a donc rejoint les deux premières fleurs dans le verre journalier. Voilà maintenant un mois qu’il prend des fleurs, il est beaucoup plus serein, n’est plus sur le qui-vive comme avant.

Je ne sais pas pourquoi aussi longtemps mon chat s’est fermement refusé à prendre des fleurs, beaucoup de méfiance très certainement. Mais aujourd’hui, quelle belle expérience de pouvoir observer ces si beaux effets des fleurs !

Régine Rastoll


Poster un commentaire

Je râle moi ? Jamais !!

Critiquer, râler, bouder, pester, se plaindre, ruminer, chercher le conflit…

Ça fait du bien ? ça soulage ? ça ne règle rien ?

On n’est pas d’accord, pas content, et on aimerait bien que les autres le sachent.

Mais comment s’y prendre ?

Comment le faire savoir autrement qu’en se faisant du mal à soi-même ?

Avoir l’impression d’être victime, d’avoir été trahi, se dire qu’on n’ a pas mérité un tel traitement, un tel affront, une telle situation, qu’on ne mérite pas ce qui nous arrive, c’est une souffrance.

Se rendre compte qu’on critique tout et tout le temps n’est pas forcément plaisant. L’image qu’on a de soi et/ou que l’on donne aux autres, même si on pense au fond de nous que notre œil critique est utile, cela peut nous faire souffrir et faire souffrir les autres.

Heureusement il y a des Fleurs de Bach. Mais lesquelles choisir ?

Avant d’aller plus loin, il est indispensable de se poser quelques questions :

Qu’est ce qui me fait râler ?

Je râle contre moi-même, contre quelqu’un en particulier, contre la vie, la situation, le monde entier ?

Comment je réagis ?

Je boude, je me mine, je me replie sur moi-même, je fais des reproches, je critique, je deviens agressif(ve) et j’attaque ?

Je recherche les émotions cachées sous ces réactions. Une fois ce petit travail salutaire accompli, je vais pouvoir choisir ma ou mes fleurs.

Elle(s) aura (ont) un effet bénéfique, apaisant, adoucissant et libérateur.

Willow, Beech, Holly, Chicory ?

Quelle est votre fleur en ce moment ?  

Marianne Casse-Rumeau


Poster un commentaire

Fleurs en chanson

Notes De Musique Colorées | Image note de musique, Note de musique, Note de musique  dessin

Beaucoup d’entre nous écoutent de la musique, regardent des clips musicaux tous les jours ou presque, chez nous, dans nos voitures ou le métro.
Nous berçons nos oreilles de toutes ces mélodies qui envahissent les ondes et les écrans.
Mais entendons-nous réellement ce que nous écoutons…?

Je vous propose un petit jeu. Ce jeu s’adresse aux personnes connaissant un minimum les Fleurs de Bach mais aussi à celles qui s’intéressent aux émotions, aux sentiments.
Si vous le désirez, je vous invite à :

  • Ecouter une chanson
  • Essayer de ressentir l’ambiance de celle-ci : est-ce qu’elle nous enveloppe de tristesse, de regret, de colère…?
  • Est-ce qu’il y a des phrases qui décrivent une émotion négative ou dérangeante ?
  • Si oui, la noter et essayer de choisir une fleur qui pourrait transformer cette émotion, cette ambiance gênante en émotion ou ambiance positive.

Les personnes connaissant peu ou pas les Fleurs de Bach pourront, après avoir relevé les émotions, faire des recherches pour savoir quelle(s) Fleur(s) choisir pour quelle(s) émotion(s). Vous pouvez pour cela utiliser notre site par exemple https://conseillerfleursdebach.wordpress.com/les-fleurs/

Allez…. Je vous donne quelques exemples !

https://www.humanite.fr/sites/default/files/images/67865.hr-01.jpeg

MON PRECIEUX de Soprano  https://www.youtube.com/watch?v=OVmfGb8XKSg

Chanson que l’on devrait faire écouter à nos ados…mais pas que… !
Quand on écoute cette chanson, le mot « addiction » vient tout de suite en tête.

  •  » Tellement inséparable qu’on part ensemble au petit coin « 
  •  » en voiture mes yeux sont dans les tiens donc quelques feux je grille « 
  •  » je ne regarde plus le ciel depuis que tu m’as pris baby « 

C’est par rapport à toutes ces phrases, et bien d’autres, que l’on peut penser à sélectionner la Fleur  » Agrimony « .
Elle permet de sortir les personnes de leur addiction en leur faisant prendre conscience qu’il y a de nombreuses choses qui peuvent les intéresser.

Louane Emera - Paris Match

SI T’ETAIS LA de Louane   https://www.youtube.com/watch?v=vqO_EKz1R4Y&list=RDvqO_EKz1R4Y&index=1

Voici quelques phrases qui peuvent nous intéresser :

  •  » j’ai des conversations imaginaires avec des gens qui ne sont pas sur terre « 

« Clématis » serait la Fleur qui pourrait permettre à cette personne de se ré-ancrer dans la réalité afin de profiter et d’apprécier le présent.

  •  » parfois je pense à toi dans les voitures, le pire c’est les voyages, c’est l’aventure, une chanson fait revivre un souvenir « 

« Honeysuckle » peut l’aider à vivre dans le présent en pensant quelquefois au passé mais sans douleur.

  •  » les questions sans réponses ça c’est le pire « 

Apparemment il y a un petit vélo qui pédale sans cesse dans sa tête, une vraie torture mentale ! La Fleur « White Chestnut »  lui permettrait de reprendre le contrôle de ses pensées. Ces questions ne s’imposeraient pas à elle. Elle se les poserait sereinement et seulement quand elle l’aurait décidé.
Toutefois, il peut y avoir d’autres émotions derrière cette phrase : la culpabilité, la colère par exemple… nous aurions la personne en face, nous pourrions la questionner afin de sélectionner la bonne Fleur.

VITAA & SLIMANE - YouTube

PAS BEAUX de Vitaa & Slimane   https://www.youtube.com/watch?v=3d3VkQj-_Co

Ici encore nous ressentons tout de suite un mal-être : le fait de ne pas aimer son image, son physique, de ne pas aimer ce que l’on est.

  •  » il n’y a rien à faire, je me sens pas belle « 
  •  » comme si j’étais de trop, j’en valais pas la peine, je suis pas comme il faut, loin du model « 

La Fleur  » crab apple  » lui permettrait de voir ses qualités, ses aptitudes, ses facultés. Elle ne serait donc plus obsédée par ses  » défauts, ses faiblesses « . Elle serait plus objective sur ce qu’elle est réellement.

Voilà, je vous ai donné quelques pistes,

Alors, allez-y : écoutez, découvrez, trouvez !
Peut-être serez-vous passionné(es)  

Patricia


Poster un commentaire

Bonne nuit les petits…

Bonne nuit les petits - Une surprise de noël - YouTube

Le sommeil des enfants… Quel parcours du combattant parfois pour les parents… Quelle pression on met aussi à la fois aux enfants et aux parents quand on en parle… Et oui une injonction très culturelle fait encore des dégâts : à 3 mois un bébé doit faire ses nuits pour le plus grand bien de ses parents ! Seulement si ce n’est pas le cas, le drame n’est pas loin. Pire encore, si bébé commence à « bien » dormir (ce qui signifie dans l’inconscient collectif 8 heures de suite comme Papa et Maman ! Un non sens, j’en parlerai plus loin) et qu’à 6, 9 ou 12 mois, voire 2 ou 3 ans ses réveils nocturnes se multiplient, le ciel tombe alors sur la tête de tous les membres de la famille.

Entendons-nous bien : évidemment, nous avons tous besoin de dormir et la fatigue est le pire ennemi que chacun peut connaître. Elle est source de tensions multiples dans le couple, au travail, avec les enfants, absolument partout.

Évidemment, l’arrivée d’un enfant est une magnifique aventure, mais reste une Aventure avec un grand A avec des jours, ou plutôt des nuits avec et des nuits sans. La naissance n’en est que l’infime début 😉

Évidemment enfin, le sommeil d’un enfant n’est pas, et ne peut pas être, le même que celui d’un adulte (la dernière formation que j’ai faite auprès d’un pédiatre évoque la réalité d’un sommeil similaire à partir de… 12/13 ans 😉 ) ; comme celui d’un bébé de 2 mois ne peut être le même que celui d’un bambin de 2 ans ; ou encore celui d’un petit de 4 ans, être identique à celui d’un pré-ado de 11 ans, etc. Je rajouterais aussi que puisque nous sommes tous uniques, notre façon de dormir est, elle aussi, unique.

Ceci étant dit,  les nuits sont souvent le reflet des émotions ressenties pendant la journée. Chez les enfants, véritables éponges émotionnelles, cela peut être flagrant. Toutefois, il peut être parfois nécessaire de mener l’enquête pour comprendre pourquoi ces nuits sont tellement agitées. Le Conseiller en Fleurs de Bach proposera, en observant l’enfant et en échangeant avec lui et/ou ses parents, un mélange de Fleurs qui lui permettra de s’apaiser. Ce mélange sera spécifique à chaque situation.

  • Bébé sage comme une image, toujours très calme, très paisible, acceptant tout avec bonne volonté et qui se met soudain à se réveiller en hurlant, semblant dans une panique totale ? Lors de l’échange avec les parents rien ne semble avoir changé dans le quotidien actuel de cet enfant. En poursuivant la séance, on découvre que sa naissance a été traumatique, comme ses 3 premiers mois de vie durant lesquels il a souffert en silence avant d’être opéré d’une malformation rénale enfin détectée. Proposition est faite de travailler  avec les Fleurs sur cette piste…
  • Bambin qui ne supporte pas d’être couché, qui veut toujours se relever pour jouer, qui ne cesse de passer d’une activité à l’autre, qui s’endort très tard et se réveille très tôt… La piste : et s’il trouvait que dormir était une perte de temps tellement il a de choses incroyables à découvrir, tellement il est curieux de tout ?
  • Bébé qui s’endort très bien à la crèche sans doudou, sans tétine, mais ne supporte pas d’être endormi ailleurs que dans les bras de Maman quand il est à la maison. Et s’il avait un besoin insatiable d’amour, et s’il craignait de perdre l’amour de sa maman ?
  • Enfant qui se réveille plusieurs fois par  nuit, va voir ses parents, semble avoir peur de quelque chose sans pouvoir dire de quoi, qui vient juste de commencer l’école… Et s’il vivait beaucoup de choses nouvelles pendant sa journée et qu’il avait simplement besoin d’être rassuré ?

Voici juste quelques exemples parmi tant d’autres.

Histoires vécues, histoires accompagnées, histoires qui se finissent bien. Parce que ces enfants étaient en souffrance ; parce qu’il ne s’agit pas de les faire rentrer dans un « moule » pour qu’ils laissent enfin en paix leurs parents, mais bien de prendre en compte leurs émotions et de les aider à les équilibrer ; parce que, oui, les Fleurs de Bach prennent soin de nos petits et… par ricochet, des grands qui vivent avec eux !

Virginie

www.allaitement-achacunsonchemin.com


Poster un commentaire

Le Virus de la Peur

Montaigne disait : « Qui craint de souffrir, il souffre déjà de ce qu’il craint ».

N’est ce pas que cette affirmation est d’actualité dans cette période que nous vivons depuis plus de six mois maintenant? La peur est parmi nous et fait ses ravages !

Il n’est pas question dans mon propos de nier l’existence du virus qui donne la COVID19. Il est là, il circule, il contamine, il rend malade, il tue, dans le monde entier. Nous le savons, on nous le serine à longueur de journée; nous adaptons nos vies  au fil des recommandations sanitaires qui nous sont imposées selon où nous habitons. Nous l’acceptons bon gré mal gré, par mesure de précautions ou par amour des autres, ou par peur…

Cette peur, justement, c’est mon propos. La peur circule autour de nous autant que ce virus impalpable. Si lui, reste invisible, la peur, elle, se voit sur des visages moins souriants, dans des mouvements raidis, dans des pas pressés, dans des détours pour ne pas croiser son prochain, dans un isolement derrière des plexiglas…

La peur est très contagieuse dans un contexte de pandémie !

Montaigne le disait déjà, Edward Bach, médecin, le confirme : « La crainte de la maladie s’est étendue de nos jours jusqu’à donner une grande puissance au mal, parce qu’elle ouvre la porte à ce que nous redoutons et en facilite l’entrée ». Cela a été écrit dans les années 1930. Et pourtant, quelle actualité !

De quelle peur parlons-nous ?

La peur pour moi ,de tomber malade, de mourir, de souffrir, de perdre mon emploi ?

Ou

la peur pour mes proches, mes parents, mes enfants, ou même mes patients si je suis soignant(e)?

Certainement tout ça à la fois…

Les travaux du Dr Bach l’ont amené à définir deux grands types de peurs : la peur pour soi et la peur pour les autres. Ce que nous regroupons sous un même mot couvre en fait des émotions bien différentes.

La peur est là lorsque je crains qu’il m’arrive quelque chose de négatif, de mauvais. Ce peut être des peurs connues, concrètes que je peux nommer, comme être des peurs vagues que je n’arrive pas à expliquer.

Le Docteur Bach a déterminé deux fleurs pour équilibrer ces deux aspects de la peur pour soi :

– Mimulus (La Muscade) quand je sais de quoi j’ai peur,

– Aspen (Le Tremble) quand je ne sais pas définir la cause de ma peur.

La peur est là encore quand je crains pour les autres; la fleur pour l’équilibrer est  Red Chestnut (le Marronnier Rouge).

Maintenant que vous savez faire la différence, ne laissez aucun virus vous faire peur. La peur est bien sûr nécessaire pour inciter à la prudence. Mais quand elle prend le pas sur l’équilibre intérieur, elle devient délétère et favorise l’envahisseur.

Alors, analysez la peur que vous vivez et prenez les fleurs de Bach qui permettront de l’équilibrer.

Hélène Jayet

http://www.fleursdebach-eprth.fr

www.lpefb.com


Poster un commentaire

Soutien pendant le confinement

Pour vous aider à traverser plus sereinement cette période particulière, en plus des recommandations d’usage et de tout ce que vous mettez en place, pensez aux fleurs de Bach.

Le confinement peut générer différents types d’émotions comme la tristesse, la colère, la difficulté d’acceptation de la situation, la peur, la panique, l’abattement, le découragement, etc..

Chacun de ces états émotionnels peut être apaisé par les fleurs de Bach en nous permettant de retrouver nos ressources intérieures pour faire face. Par exemple, retrouver confiance, sérénité, élan positif, motivation, etc.. 

Aussi, pendant toute la durée du confinement, nous vous proposons deux choses :

  • si dans ce contexte, vous êtes inquiet(e) et/ou en situation de stress, nous sommes bénévolement à votre écoute pour des mini-entretiens par téléphone ou visioconférence sur RDV.
  • pour toute autre problématique, nos cabinets sont fermés, cependant nous vous informons que nous continuons nos séances habituelles par téléphone ou visioconférence également sur RDV.

Vous trouverez nos coordonnées ici.