Le blog des conseillers Fleurs de Bach


Poster un commentaire

Heather, la Bruyère, Calluna vulgaris

heather

Fleur de Bach du groupe : Solitude

C’est une plante arbustive, très ramifiée, qui peut atteindra jusqu’à 60 cm de haut.

Ses tiges sont très fines, rugueuses et ses rameaux sont couverts de poils très courts et souples. Ses fleurs sont serrées le long du rameau.

Elle est préparée par la méthode de solarisation aux mois de juillet, août et septembre.

Elle n’a aucune structure définie, ce qui oriente vers une absence d’identité personnelle forte.

Une fois ouvertes, les fleurs restent sur la tige longuement, on peut même les retrouver au printemps suivant. cela montre leur attachement et prouve leur difficulté à se détacher.

La personne de type heather est un « crampon », toujours à la recherche de quelqu’un qui l’écoute et lui tienne compagnie. Elle est incapable d’écouter les autres.

Elle souffre de solitude car fait le vide autours d’elle.


Poster un commentaire

NOTRE CORPS PARLE DE NOS ÉMOTIONS !

 

Star of Bethléem (Etoile de Bethléem ou Dame de Onze Heure)

dans mon jardin, ce printemps…

 ob_21860e_dsc00977.JPG

En feuilletant le journal « 20 minutes », je suis tombée, à ma grande surprise, sur un petit article intitulé : « la peur, la colère ou l’amour font parler le corps ». Il est question de chercheurs finlandais qui ont établi une carte localisant les zones du corps stimulées par quatorze émotions comme la colère, la peur, le dégoût, la tristesse, l’amour… Ce que nous ressentons se traduit dans le corps par des modifications physiologiques et des réactions des organes, des vaisseaux sanguins (dilatation ou rétractation)…

Roger Fiametti, kinésithérapeute et ostéopathe, auteur du livre, le langage émotionnel du corps pense que cette étude est un premier pas vers une reconnaissance scientifique de l’effet psychologique sur le corporel.

Oui c’est vrai… On est dans un monde qui a besoin de « preuves scientifiques » pour accepter certains principes qui pourtant nous gouvernent depuis toujours et qui sont acceptés depuis bien longtemps dans des systèmes de santé traditionnels non occidentaux.

En feuilletant le journal « 20 minutes », je suis tombée, à ma grande surprise, sur un petit article intitulé : « la peur, la colère ou l’amour font parler le corps ». Il est question de chercheurs finlandais qui ont établi une carte localisant les zones du corps stimulées par quatorze émotions comme la colère, la peur, le dégoût, la tristesse, l’amour… Ce que nous ressentons se traduit dans le corps par des modifications physiologiques et des réactions des organes, des vaisseaux sanguins (dilatation ou rétractation)…

Il suffit parfois d’observer le langage populaire pour se rendre compte que « d’une manière empirique » nous avons associé, au fil du temps, un organe (ou une réaction du corps) à une émotion. Ne dit-on pas par exemple : « échauffer la bile » quand on est en colère ? ou encore « avoir le cœur gros » quand on est triste ? ou encore « en avoir plein le dos » quand on en a assez ou qu’on en peut plus?

Tout cela devrait contribuer à nous faire comprendre et accepter que les émotions ont un rôle capital dans les maladies que nous contractons. Le Dr Bach, après des années de recherches médicales, a lui-même conclu que :

 » Derrière toutes nos maladies siègent nos peurs, nos anxiétés, notre avarice, nos envies et nos dégoûts.  » Pour lui, la maladie est « la phase terminale d’un plus profond désordre ».

D’où sa détermination à trouver un système de santé destiné à rééquilibrer nos émotions perturbées : les fleurs de Bach.

Sa conception de la maladie était révolutionnaire pour son époque où la médecine classique était exclusivement matérialiste. De nos jours, l’idée que la maladie peut être d’origine psychologique est un peu plus acceptée.

Certainement que d’autres études à venir permettront encore de mieux comprendre l’impact de nos émotions sur nos maladies. Et ce que le Dr Bach avait lui-même découvert grâce à ses recherches médicales, son intérêt pour la nature humaine et son intuition, sera alors une évidence pour tout un chacun.

Et peut-être que les fleurs de Bach ne seront plus alors regardées comme une méthode « bizarre » ou comme quelques élixirs bien sympas contre le stress, mais qu’elles seront alors regardées comme un véritable système de soin.

Mais gardons aussi toujours à l’esprit ce que conseillait le Dr Bach :

« Aussi, un traitement complet exige-t-il, non seulement l’emploi de moyens physiques, en choisissant toujours les meilleures méthodes connues en médecine, mais encore devons-nous nous efforcer de notre mieux d’éliminer nos défauts car, en définitive, la guérison finale et totale vient de l’intérieur,… »

Dr Edward BACH (p 35 de « La guérison par les Fleurs » – Edward Bach))

Hélène