Le blog des conseillers Fleurs de Bach


Poster un commentaire

Messieurs : « à vos émotions ! Prêts ? Partez ! »

Un lieu commun est de dire que les émotions sont l’apanage des femmes. En cette journée des droits de la femme, c’est l’occasion de souligner que les hommes, eux aussi ont des émotions. Non ! Sans Blague ?

On pourrait penser que les hommes sont plus forts face à leurs émotions, mais la réalité est que bien souvent ils ne s’autorisent pas à les écouter et à les exprimer : ce sont des « hommes »  après tout et ils ont l’obligation d’assurer !
Quel homme n’a pas entendu dans sa petite enfance « les garçons ne pleurent pas ! » ou encore « t’es pas une fille ! » ou autre idée reçue…

Alors messieurs, le meilleur cadeau que vous puissiez faire à votre entourage et à vous-même, c’est de vous autoriser à accepter, exprimer, partager vos émotions.
Selon John Ray, les femmes viendraient de Vénus et les hommes de Mars. Et si nous vivions finalement sur la même planète ?
Avec les Fleurs de Bach, c’est possible. C’est simple, rapide, et ce n’est pas une exclusivité féminine. Montrer ses émotions n’est en rien signe de faiblesse. Nous serions ravies d’accueillir d’avantage d’hommes dans nos cabinets et nos formations.
Ce serait un signe que les clichés tombent, que les mentalités évoluent, que la société chemine vers plus d’équité.

Alors, messieurs, bienvenue dans le monde des Fleurs de Bach !

Hélène, Marianne, Manuela, Patricia, Virginie


1 commentaire

Et si les soignants soignaient leurs émotions ?

Image associéeNotre dernier article évoquait la question du difficile quotidien professionnel des soignants dans le milieu hospitalier. Nous vous proposons ici de faire un rapide tour d’horizon des états émotionnels négatifs susceptibles d’amplifier leur mal-être, transformant ainsi peu à peu leur façon de faire.

  Pensons par exemple, à tous ceux qui ont le sentiment de ne jamais en faire assez. Même lors de leur pause, ils ne s’arrêteront pas. Ils vont puiser prématurément dans leurs réserves, ce qui sera source d’irritabilité, d’impatience, de fatigue morale et physique.

Il y a aussi celles et ceux qui, extrêmement serviables, accepteront toutes les demandes, sans oser refuser. Ils se créent ainsi une surcharge de travail qui nuira tout autant à la qualité des soins que de leur propre santé.

A l’inverse, les cadres, très exigeants avec leur équipe, dans un souci excessif de bien faire, peuvent souffrir  que leurs ordres ne soient pas respectés. Cette situation conflictuelle provoquera à plus ou moins long termes des tensions personnelles et relationnelles.

Citons encore, les soignants qui culpabilisent car ils n’ont plus le temps ni les moyens de s’occuper des malades à la hauteur de ce qu’ils souhaiteraient. Cette culpabilité peut les ronger jusque dans leur vie personnelle.

Cette liste d’émotions vécues au sein du milieu hospitalier est très loin d’être exhaustive. Dès que l’on aborde les relations humaines, les émotions jaillissent de toute part… Prendre en compte ces émotions et tenter de les apaiser est un premier pas vers le mieux-être de tous, soignants comme malades.

Nous ne pouvons qu’inviter chacun à aller à la découverte des Fleurs de Bach, parmi elles, Oak, Pine, Vine, Centaury…il y en a encore 34 autres en plus du remède de secours 😉

Manuela, Marianne, Virginie, Patricia