Le blog des conseillers Fleurs de Bach


Poster un commentaire

Je râle moi ? Jamais !!

Critiquer, râler, bouder, pester, se plaindre, ruminer, chercher le conflit…

Ça fait du bien ? ça soulage ? ça ne règle rien ?

On n’est pas d’accord, pas content, et on aimerait bien que les autres le sachent.

Mais comment s’y prendre ?

Comment le faire savoir autrement qu’en se faisant du mal à soi-même ?

Avoir l’impression d’être victime, d’avoir été trahi, se dire qu’on n’ a pas mérité un tel traitement, un tel affront, une telle situation, qu’on ne mérite pas ce qui nous arrive, c’est une souffrance.

Se rendre compte qu’on critique tout et tout le temps n’est pas forcément plaisant. L’image qu’on a de soi et/ou que l’on donne aux autres, même si on pense au fond de nous que notre œil critique est utile, cela peut nous faire souffrir et faire souffrir les autres.

Heureusement il y a des Fleurs de Bach. Mais lesquelles choisir ?

Avant d’aller plus loin, il est indispensable de se poser quelques questions :

Qu’est ce qui me fait râler ?

Je râle contre moi-même, contre quelqu’un en particulier, contre la vie, la situation, le monde entier ?

Comment je réagis ?

Je boude, je me mine, je me replie sur moi-même, je fais des reproches, je critique, je deviens agressif(ve) et j’attaque ?

Je recherche les émotions cachées sous ces réactions. Une fois ce petit travail salutaire accompli, je vais pouvoir choisir ma ou mes fleurs.

Elle(s) aura (ont) un effet bénéfique, apaisant, adoucissant et libérateur.

Willow, Beech, Holly, Chicory ?

Quelle est votre fleur en ce moment ?  

Marianne Casse-Rumeau


Poster un commentaire

Fleurs en chanson

Notes De Musique Colorées | Image note de musique, Note de musique, Note de musique  dessin

Beaucoup d’entre nous écoutent de la musique, regardent des clips musicaux tous les jours ou presque, chez nous, dans nos voitures ou le métro.
Nous berçons nos oreilles de toutes ces mélodies qui envahissent les ondes et les écrans.
Mais entendons-nous réellement ce que nous écoutons…?

Je vous propose un petit jeu. Ce jeu s’adresse aux personnes connaissant un minimum les Fleurs de Bach mais aussi à celles qui s’intéressent aux émotions, aux sentiments.
Si vous le désirez, je vous invite à :

  • Ecouter une chanson
  • Essayer de ressentir l’ambiance de celle-ci : est-ce qu’elle nous enveloppe de tristesse, de regret, de colère…?
  • Est-ce qu’il y a des phrases qui décrivent une émotion négative ou dérangeante ?
  • Si oui, la noter et essayer de choisir une fleur qui pourrait transformer cette émotion, cette ambiance gênante en émotion ou ambiance positive.

Les personnes connaissant peu ou pas les Fleurs de Bach pourront, après avoir relevé les émotions, faire des recherches pour savoir quelle(s) Fleur(s) choisir pour quelle(s) émotion(s). Vous pouvez pour cela utiliser notre site par exemple https://conseillerfleursdebach.wordpress.com/les-fleurs/

Allez…. Je vous donne quelques exemples !

https://www.humanite.fr/sites/default/files/images/67865.hr-01.jpeg

MON PRECIEUX de Soprano  https://www.youtube.com/watch?v=OVmfGb8XKSg

Chanson que l’on devrait faire écouter à nos ados…mais pas que… !
Quand on écoute cette chanson, le mot « addiction » vient tout de suite en tête.

  •  » Tellement inséparable qu’on part ensemble au petit coin « 
  •  » en voiture mes yeux sont dans les tiens donc quelques feux je grille « 
  •  » je ne regarde plus le ciel depuis que tu m’as pris baby « 

C’est par rapport à toutes ces phrases, et bien d’autres, que l’on peut penser à sélectionner la Fleur  » Agrimony « .
Elle permet de sortir les personnes de leur addiction en leur faisant prendre conscience qu’il y a de nombreuses choses qui peuvent les intéresser.

Louane Emera - Paris Match

SI T’ETAIS LA de Louane   https://www.youtube.com/watch?v=vqO_EKz1R4Y&list=RDvqO_EKz1R4Y&index=1

Voici quelques phrases qui peuvent nous intéresser :

  •  » j’ai des conversations imaginaires avec des gens qui ne sont pas sur terre « 

« Clématis » serait la Fleur qui pourrait permettre à cette personne de se ré-ancrer dans la réalité afin de profiter et d’apprécier le présent.

  •  » parfois je pense à toi dans les voitures, le pire c’est les voyages, c’est l’aventure, une chanson fait revivre un souvenir « 

« Honeysuckle » peut l’aider à vivre dans le présent en pensant quelquefois au passé mais sans douleur.

  •  » les questions sans réponses ça c’est le pire « 

Apparemment il y a un petit vélo qui pédale sans cesse dans sa tête, une vraie torture mentale ! La Fleur « White Chestnut »  lui permettrait de reprendre le contrôle de ses pensées. Ces questions ne s’imposeraient pas à elle. Elle se les poserait sereinement et seulement quand elle l’aurait décidé.
Toutefois, il peut y avoir d’autres émotions derrière cette phrase : la culpabilité, la colère par exemple… nous aurions la personne en face, nous pourrions la questionner afin de sélectionner la bonne Fleur.

VITAA & SLIMANE - YouTube

PAS BEAUX de Vitaa & Slimane   https://www.youtube.com/watch?v=3d3VkQj-_Co

Ici encore nous ressentons tout de suite un mal-être : le fait de ne pas aimer son image, son physique, de ne pas aimer ce que l’on est.

  •  » il n’y a rien à faire, je me sens pas belle « 
  •  » comme si j’étais de trop, j’en valais pas la peine, je suis pas comme il faut, loin du model « 

La Fleur  » crab apple  » lui permettrait de voir ses qualités, ses aptitudes, ses facultés. Elle ne serait donc plus obsédée par ses  » défauts, ses faiblesses « . Elle serait plus objective sur ce qu’elle est réellement.

Voilà, je vous ai donné quelques pistes,

Alors, allez-y : écoutez, découvrez, trouvez !
Peut-être serez-vous passionné(es)  

Patricia


Poster un commentaire

Messieurs : « à vos émotions ! Prêts ? Partez ! »

Un lieu commun est de dire que les émotions sont l’apanage des femmes. En cette journée des droits de la femme, c’est l’occasion de souligner que les hommes, eux aussi ont des émotions. Non ! Sans Blague ?

On pourrait penser que les hommes sont plus forts face à leurs émotions, mais la réalité est que bien souvent ils ne s’autorisent pas à les écouter et à les exprimer : ce sont des « hommes »  après tout et ils ont l’obligation d’assurer !
Quel homme n’a pas entendu dans sa petite enfance « les garçons ne pleurent pas ! » ou encore « t’es pas une fille ! » ou autre idée reçue…

Alors messieurs, le meilleur cadeau que vous puissiez faire à votre entourage et à vous-même, c’est de vous autoriser à accepter, exprimer, partager vos émotions.
Selon John Ray, les femmes viendraient de Vénus et les hommes de Mars. Et si nous vivions finalement sur la même planète ?
Avec les Fleurs de Bach, c’est possible. C’est simple, rapide, et ce n’est pas une exclusivité féminine. Montrer ses émotions n’est en rien signe de faiblesse. Nous serions ravies d’accueillir d’avantage d’hommes dans nos cabinets et nos formations.
Ce serait un signe que les clichés tombent, que les mentalités évoluent, que la société chemine vers plus d’équité.

Alors, messieurs, bienvenue dans le monde des Fleurs de Bach !

Hélène, Marianne, Manuela, Patricia, Virginie


1 commentaire

L’Hôpital du futur !

Il est souvent question de hôpital aux actualités en ce moment. Malheureusement c’est plutôt parce qu’il y a un mal-être croissant parmi les soignants, toutes catégories confondues.

Comment peut-on imaginer que les malades se sentent en confiance et en sécurité dans une telle ambiance ?

 

Soumis à des contingences financières, les soignants, sombrent dans le burn out, les uns perdent le sens de leur vocation, les autres s’interrogent sur leur participation involontaire à de la maltraitance. Cela pose vraiment question sur l’avenir de nos hôpitaux !

 

Le mot « hôpital », n’a t-il pas la même étymologie qu' »hospitalier » ? Un lieu hospitalier, convivial, où il fait bon être… nous en sommes malheureusement loin, aussi bien pour ceux qui y travaillent que pour ceux qui viennent s’y faire soigner !

 

Et pourquoi ne pas penser l’hôpital autrement ? Pourquoi ne pas lui redonner tout son sens en tant que lieu où il fait bon de faire une pause, le temps de se retaper ?

 

Voici la vision du Docteur Bach sur l’hôpital du futur telle qu’il l’a présentée lors d’une conférence qu’il a donné à Southport en février 1931, intitulée « C’est de vous-même dont vous souffrez » :

 » Marquons une pause pour contempler l’hôpital de demain.

C’est un havre de paix, de joie et d’espoir. Ici, nulle hâte, point de bruit, aucune machine terrifiante comme celle que l’on voit aujourd’hui. Les odeurs d’antiseptiques et de produits anesthésiques ont disparu. Le personnel s’abstient de déranger perpétuellement le malade pour s’enquérir de sa température. Plus d’examens quotidiens et d’auscultations, infligés par des médecins bardés de stéthoscopes, qui cherchent à graver la maladie dans l’esprit du patient. Aucun cardiogramme ne suggère que le cœur bat trop rapidement. Car tous ces éléments nuisent à l’atmosphère de paix et de quiétude qui est nécessaire à un rétablissement rapide. L’intervention des laboratoires est tout aussi inutile. Car l’examen minutieux et microscopique des détails ne compte plus lorsque l’on comprend qu’il faut traiter le malade et non la maladie.

1200x1200

Le but de toutes les institutions sera d’instaurer un climat de détente, d’espoir, de joie et de foi. Tout sera fait pour encourager le patient à oublier son affection, à désirer la santé et à corriger les défauts de sa nature, en assimilant la leçon qu’il doit tirer de sa maladie.

 

Tout ne sera qu’allégresse et beauté dans l’hôpital de demain, où le malade cherchera refuge, non seulement pour y être soigné, mais aussi pour cultiver le désir de vivre en plus grande harmonie avec les lois de son âme.

 

L’hôpital protégera ses malades comme une mère ses petits, il les prendra sous son aile, les soulagera et les réconfortera. Il leur apportera l’espoir, la foi et le courage de surmonter les obstacles…

Le patient guérira plus vite au sein d’une atmosphère de santé et de confiance. »

 

Est ce une vision utopique ? A mon sens non, tout est possible si nous le voulons…

Commençons par arrêter d’opposer médecine « scientifique » et médecine « naturelle » : tout ce qui contribue à guérir est médecine. Collaborer serait beaucoup plus performant.

Redonnons la voix au malade car c’est lui qui vit la souffrance et le rôle du soignant est de l’accompagner et non de le soumettre.

Hélène


Poster un commentaire

MONK caricature de CRAB APPLE !

Initialement paru le 14 avril 2015ob_0c13d0_image-monk.jpg

Monk, vous connaissez ?

C’est le personnage d’une série télévisée, rediffusée depuis quelques temps sur une chaine de la TNT.

Sourire ou exaspération garantis : comment rester indifférents devant cet homme maniaque, obsédé par la propreté et le rangement, rempli de peurs et de tocs constants ?

Ces émotions envahissantes lui gâchent la vie et ne disparaissent pas, bien au contraire.

Sa vie est donc réglée par rapport à ces dernières : infirmière à plein temps, rares amis compréhensifs qui font beaucoup d’effort pour ne pas craquer quand ils se trouvent en sa compagnie, nouveau travail après la perte de son emploi provoqué par ces excès émotionnels qui l’amènent à…

  • Se nettoyer les mains avec une lingette désinfectante quand il serre la main à quelqu’un,
  • Refuser de pénétrer dans une pièce qu’il considère comme sale ou mal rangée, même si sa vie est en jeu,
  • S’interdire de toucher une poignée de porte, de boire dans le verre ou manger dans l’assiette que quelqu’un a déjà utilisés…

En résumé, il craint en permanence qu’un poison puisse s’introduire en lui.

Nous comprenons donc que Crab apple est la Fleur indispensable pour l’équilibre émotionnel de ce personnage.

En effet, elle lui permettrait de vivre sereinement ces aventures, de toucher tout ce qui l’entoure sans crainte, de garder son énergie pour mener les enquêtes qu’il aime tant au lieu de la perdre en actions superflues comme le nettoyage d’un objet, la mise en place d’un livre qui dépasse légèrement d’une étagère…

Il est évident que Monk est une caricature et c’est bien ce qui fait son succès !

Heureusement, toutes les personnes qui ont besoin de la Fleur Crab Apple ne réagissent pas avec autant d’excès !

Toutefois… si vous ressentez un mal-être parce que :

  • vous avez tendance à être obsédé par le ménage
  • vous ne pouvez pas faire de voyages car les hôtels sont, d’après vous, des nids à bactéries
  • vous n’aimez pas ce que vous êtes parce que vous estimez avoir un défaut physique ou moral…

Alors, peut-être, avez-vous besoin de la Fleur Crab Apple.

Le Docteur Bach l’a décrite comme » le remède qui aide à nous débarrasser de toute chose que nous n’aimons pas, que ce soit au plan corporel ou mental « 

Si vous avez un doute, si vous avez besoin de conseils ou besoin de parler de votre mal-être à quelqu’un, n’oubliez pas que vous pouvez faire appel à un conseiller Fleurs de Bach, professionnel qui vous aidera à dialoguer afin de trouver les Fleurs qui pourront transformer vos émotions négatives en émotions positives.

A bientôt

Patricia


Poster un commentaire

Quand des médecins parlent du Docteur Bach…

Initialement paru le 28 novembre 2014

Et si des médecins commençaient à s’intéresser vraiment aux travaux du Docteur Bach?

Une amie m’a apporté un article de la revue « le médecin généraliste », consacré au Docteur Bach.

Article condensé et simple décrivant les travaux du Docteur Bach et notamment ses 38 préparations florales réparties en sept groupes. Ce qui est étonnant, c’est que les faits sont rapportés tels qu’ils ont été sans aucun parti pris… ce qui est rare dans une revue non spécialisée dans les médecines douces.

Je vous laisse découvrir cet article :

http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2014/09/24/naissance-dedward-bach_250811


Poster un commentaire

Première rencontre professionnelle des conseillers !

Initialement paru le 6 mai 2014

journee-professionnelle-2014-1

C’était un dimanche ensoleillé dans le Lauragais, à Auriac sur Vendinelle, ce 13 avril 2014. Une belle journée de rencontre professionnelle entre conseillers et conseillères en fleurs de Bach de la France entière et même de Belgique.

Nous étions 45 à nous retrouver en ce domaine de La Rougère afin de faire connaissance entre collègues et d’échanger sur notre métier et notre pratique.

Cette journée a remporté un franc succès : 45 personnes se sont réunies, certaines ayant fait un long trajet pour cela !

Malgré les imperfections que nous pouvons attendre d’une première, la très grande majorité a été satisfaite des échanges et des thèmes abordés. Le thème principal était : « la simplicité au cœur de la réussite ».

La matinée a été consacrée à des échanges sur la simplicité de la méthode du Dr Bach puis Bernard Bellegy, conseiller et formateur agréé, a exposé sa vision de la simplicité et de l’importance de l’intégrer non seulement dans notre pratique professionnelle en tant que conseiller en Fleurs de Bach mais aussi, et plus largement, dans notre vie.

L’après-midi, trois tables rondes nous ont permis d’échanger et de réfléchir sur trois thèmes :

– de la simplicité au simplisme,

– jusqu’où aller avec les fleurs de Bach ?

– autour de notre métier.

Ce qui ressort de cette journée est l’importance de nous réunir régulièrement, de nous organiser pour nous faire reconnaître et connaître auprès d’un plus large public. Et maintenant, une prochaine rencontre est déjà programmée pour le printemps 2015 en région PACA !


Poster un commentaire

« Je ne sais pas si c’est les fleurs de Bach mais… »

ob_5d3a8f_p1020700.JPGInitialement paru le 18 mars 2014

« Je ne sais pas si c’est les fleurs de Bach mais…je dors beaucoup mieux depuis quelques jours. » « Je ne sais pas si c’est les fleurs de Bach mais… je ne me suis pas du tout énervé après mes collègues ces dernières semaines. » « Je ne sais pas si c’est les fleurs de Bach mais…il est vraiment plus détendu et accepte beaucoup plus facilement la discussion. »

Je pourrais continuer à loisir ces citations ou bien aussi vous proposer une variante « ça a bien marché la première fois mais après pas trop – d’accord, et vous en êtes où avec les tics dont vous m’aviez parlé la dernière fois ? – Tiens oui, c’est vrai, je n’en ai plus du tout » Ou bien encore « Les fleurs n’ont pas été trop efficaces, elle est toujours aussi exigeante avec elle-même – Ha bon. Et comment ça va à l’école ? – Je ne pleure plus du tout – Ha. C’était pour cela que vous étiez venue me voir avec votre fille non ? – Vous avez raison, j’avais oublié ».

Il arrive fréquemment que l’on ne se souvienne pas de la raison qui nous a poussés à utiliser les fleurs de Bach. Cela prouve à quel point elles respectent notre rythme tout comme notre personnalité : elles agissent en douceur ; elles font changer à la fois notre perception des choses et notre manière de les vivre. En aucun cas elles ne font office de « baguette magique » opérant brutalement, nous transformant en un inconnu qui agirait malgré nous.

A notre rythme et en douceur, simplement parce qu’elles vont chercher nos propres ressources pour résoudre nos difficultés. Simplement parce qu’elles aident la balance de nos émotions à se remettre en équilibre afin que l’émotion envahissante retrouve sa juste place, et donc son énergie positive.

Alors oui, nous pouvons être étonnés par leur action, par leur incroyable efficacité. Bien que vivant dans une société où tout doit être rapide et efficace, nous ne nous attendons pas à ce que ces quelques « gouttes » puissent avoir un tel pouvoir. Nous laissons alors le scepticisme s’emparer de nous. Nous n’avons de cesse de mettre en doute leur impact sur notre quotidien, pas forcément de manière frontale, en niant tout en bloc, mais par petites touches, par « oubli », par les petites phrases qui, désolée, ne peuvent empêcher de faire sourire les Conseillers Fleurs de Bach que nous sommes : « L’entretien lui a fait beaucoup de bien » ; « Le fait de vous parler a été déterminant » ; « Le changement d’air m’a été profitable », « Heureusement qu’il a changé sa manière d’être avec moi, je me sens mieux », etc, etc…

Simplicité, douceur, sérénité… Et si chacun d’entre nous apprenait à accueillir tout simplement et en douceur l’action des Fleurs de Bach en nous, sans chercher à prouver quoique ce soit, tout cela pour plus de sérénité ?

Virginie


Poster un commentaire

Les hommes et les émotions

Initialement paru le 27 février 2014

Aujourd’hui, j’ai envie de parler d’un phénomène que les conseillers et formateurs en Fleurs de Bach constatent. Très peu d’hommes s’intéressent ou utilisent les Fleurs de Bach : peu de participants masculins aux stages, beaucoup moins de conseillers que de conseillères, peu de messieurs parmi les clients…

Pourquoi ?

Je pense que cela est dû au fait que les Fleurs de Bach fonctionnent par rapport aux émotions.

En effet, celles-ci permettent de rééquilibrer les émotions extrêmes, gênantes ou envahissantes.

abord les reconnaître nommer ces dernières. Pour cela, une introspection, prendre le temps de faire le point est indispensable.

En général, l’homme n’est pas très enclin à faire ce travail. Il préférera être dans l’action afin de cacher son mal-être. Se tourner vers soi, c’est risquer de se dévoiler, de souffrir,  de pleurer… de « montrer sa faiblesse ».

Dès le plus jeune âge, on apprend au petit garçon qu’il ne doit pas pleurer : il doit montrer qu’il est fort. Les hommes ont donc pris l’habitude de ne pas ou de peu s’exprimer. C’est pourquoi Ils peuvent s’installer dans le mutisme, s’engouffrer dans la colère, la rancœur, la tristesse intérieure.

emotion

On attend de la petite fille, au contraire, beaucoup de douceur, d’écoute, de compréhension et de sensibilité. Les femmes auront donc tendance à verbaliser leur ressenti et rentreront facilement dans la communication.

Si nous observons une cour de récréation, nous constaterons que le plus souvent les garçons courent dans tous les sens, simulent une bagarre ou une poursuite. Les filles de leur côté se regroupent afin d’observer, parler, échanger remarques, histoires et informations utiles ou futiles…

Peut être est-ce la culture dans laquelle nous évoluons qui est la conséquence de ce fait. Le plus souvent, sans le vouloir nous n’éduquons pas de la même façon une fille et un garçon.

Alors Messieurs, si vous lisez ce texte, demandez-vous si vous seriez prêts à franchir le pas et à parler émotions, ressentis…et si vous n’êtes pas prêts…peut-être qu’une petite Fleur vous permettrait de vous libérer !

Patricia


Poster un commentaire

Le Roi Arthur dans Kamelott…

Initialement paru le 20 décembre 2012

Un petit clin d’oeil pour terminer l’année sur un sourire…icon_lol

kamelott2Le roi Arthur et ses chevaliers de la table ronde : quelle belle histoire et qui continue de nous fasciner au XXIème siècle ! J’aime particulièrement la version qu’en donne Alexandre ASTIER dans la série humoristique KAMELOTT.

 

Mais, vous me direz : que vient faire un article sur le roi Arthur de Kamelott dans un blog consacré aux fleurs de Bach ? Eh non ! Ce n’est pas parce que les héros de la série ont un langage particulièrement « fleuri » icon_wink

C’est peut-être une déformation professionnelle mais j’aime étudier les profils « fleurs de Bach » des personnages de fiction car ils nous permettent d’illustrer les  « portraits- types » que le Dr BACH a dressés des fleurs, soigneusement choisies, pour élaborer sa méthode. Les acteurs savent donner un relief à leur personnage qui nous donnent de voir, de palper presque, les émotions.

    il ne sait pas dire non !

Je ne sais pas si Alexandre ASTIER a étudié les fleurs de BACH mais il a su donner à son personnage une telle intensité qu’on peut suivre ce passage progressif d’un homme submergé par ses émotions, aller jusqu’au bout de sa nuit avant de renaître à une autre vie comme semble le montrer les dernières images du dernier épisode.

Je m’explique :

Tout d’abord, Arturus, ce breton, futur roi de Bretagne car le seul à pouvoir retirer l’épée EXCALIBUR du rocher, est un simple soldat dans la milice urbaine de ROME. Déjà on découvre ce grand trait de caractère plein de serviabilité au point de ne savoir dire non aux exigences de son ami Manillius. Et puis, quand il a compris qu’il a été choisi par les dieux pour être roi, on voit naître en lui le chef de guerre : il devient un meneur vine3-1d’homme dans le sens noble du terme. Devenu Arthur, roi de Bretagne et du pays de Logres, nous le voyons très rarement faire preuve d’autoritarisme : il sait convaincre ceux qui l’entourent de par sa vision juste des choses. Il sait aussi mettre en valeur les qualités de ses chevaliers et même les magnifier (lourde tâche quand on connait les phénomènes !!). Il a parfaitement équilibré son énergie de la fleur VINE dans le sens où il fait preuve de cette sagesse qu’on est en droit d’attendre d’un grand chef !

Mais en même temps, il fait montre d’une incroyable serviabilité au point de se faire traiter de roi faible par ses acolytes. Il ne sait dire non aux exigences des uns et des autres. Il n’aime pas les conflits du moins avec ses proches (c’est un chef de guerre tout de même !!) et leur passe facilement tous leurs travers, jusqu’à même leurs petites ou grandes trahisons. centauryPeut-être parce qu’il garde cet optimiste un peu aveugle qu’il y a du bon en chacun et qu’il veut donner une chance à cette part noble qu’il détecte dans ses chevaliers. Et cela fini par le desservir car il s’épuise à maintenir une cohésion de la table ronde face à des chevaliers qui ne comprennent rien et des chefs de clans qui complotent. Il n’arrive plus à s’imposer comme chef et est passé d’une serviabilité voulue à une servilité subie. J’aurais tant aimé pouvoir lui conseiller la fleur CENTAURY avant qu’il ne sombre dans cette mélancolie et cette lassitude morale qui lui font renoncer d’être roi.

Et on le voit traverser le pays à la recherche de ses éventuels enfants et s’enfoncer plus encore dans cette mélancolie. Il semble qu’il soit abandonné de tous et même des dieux : il est seul face à lui-même, avec son désespoir, sans lumière au bout du tunnel.

Il en arrive à vouloir mettre fin à ces jours pour enfin trouver la paix. Heureusement, Lancelot le sauve et joue le rôle de l’élixir CHERRY PLUM qui, pris à temps, aurait pu empêcher Arthur de commettre l’irréparable.

sweetc-2Il vit pleinement l’énergie SWEET CHESTNUT, dans toute sa négativité, quand aucune aide extérieure ne semble pouvoir nous sauver, que l’esprit et le corps arrivent au bout du possible et qu’il ne semble rester pour seule issue, l’anéantissement.

Après sa tentative de suicide, Arthur reste très affaibli physiquement et épuisé moralement. Il attend la mort…C’est très poignant de voir cet homme, ce chef, ce roi juste, sur ce lit, anéanti. Mais Arthur est un héros et on ne peut imaginer le voir finir ainsi !

Et Alexandre ASTIER nous redonne espoir d’un retour quand on voit Arthur, sur les dernières images du dernier épisode manipuler un bâton comme il l’aurait fait avec Excalibur : renaissance ou naissance d’un nouveau roi Arthur ? Il est allé au bout de l’énergie SWEET CHESTNUT, il s’est laissé coulé jusqu’au plus noir de la nuit de l’âme, pour reprendre pied et renaître à la lumière d’un espoir nouveau.

A quand ce retour tant attendu par les fans de la série ?   HELENE