Le blog des conseillers Fleurs de Bach


Poster un commentaire

Je râle moi ? Jamais !!

Critiquer, râler, bouder, pester, se plaindre, ruminer, chercher le conflit…

Ça fait du bien ? ça soulage ? ça ne règle rien ?

On n’est pas d’accord, pas content, et on aimerait bien que les autres le sachent.

Mais comment s’y prendre ?

Comment le faire savoir autrement qu’en se faisant du mal à soi-même ?

Avoir l’impression d’être victime, d’avoir été trahi, se dire qu’on n’ a pas mérité un tel traitement, un tel affront, une telle situation, qu’on ne mérite pas ce qui nous arrive, c’est une souffrance.

Se rendre compte qu’on critique tout et tout le temps n’est pas forcément plaisant. L’image qu’on a de soi et/ou que l’on donne aux autres, même si on pense au fond de nous que notre œil critique est utile, cela peut nous faire souffrir et faire souffrir les autres.

Heureusement il y a des Fleurs de Bach. Mais lesquelles choisir ?

Avant d’aller plus loin, il est indispensable de se poser quelques questions :

Qu’est ce qui me fait râler ?

Je râle contre moi-même, contre quelqu’un en particulier, contre la vie, la situation, le monde entier ?

Comment je réagis ?

Je boude, je me mine, je me replie sur moi-même, je fais des reproches, je critique, je deviens agressif(ve) et j’attaque ?

Je recherche les émotions cachées sous ces réactions. Une fois ce petit travail salutaire accompli, je vais pouvoir choisir ma ou mes fleurs.

Elle(s) aura (ont) un effet bénéfique, apaisant, adoucissant et libérateur.

Willow, Beech, Holly, Chicory ?

Quelle est votre fleur en ce moment ?  

Marianne Casse-Rumeau


Poster un commentaire

Le Virus de la Peur

Montaigne disait : « Qui craint de souffrir, il souffre déjà de ce qu’il craint ».

N’est ce pas que cette affirmation est d’actualité dans cette période que nous vivons depuis plus de six mois maintenant? La peur est parmi nous et fait ses ravages !

Il n’est pas question dans mon propos de nier l’existence du virus qui donne la COVID19. Il est là, il circule, il contamine, il rend malade, il tue, dans le monde entier. Nous le savons, on nous le serine à longueur de journée; nous adaptons nos vies  au fil des recommandations sanitaires qui nous sont imposées selon où nous habitons. Nous l’acceptons bon gré mal gré, par mesure de précautions ou par amour des autres, ou par peur…

Cette peur, justement, c’est mon propos. La peur circule autour de nous autant que ce virus impalpable. Si lui, reste invisible, la peur, elle, se voit sur des visages moins souriants, dans des mouvements raidis, dans des pas pressés, dans des détours pour ne pas croiser son prochain, dans un isolement derrière des plexiglas…

La peur est très contagieuse dans un contexte de pandémie !

Montaigne le disait déjà, Edward Bach, médecin, le confirme : « La crainte de la maladie s’est étendue de nos jours jusqu’à donner une grande puissance au mal, parce qu’elle ouvre la porte à ce que nous redoutons et en facilite l’entrée ». Cela a été écrit dans les années 1930. Et pourtant, quelle actualité !

De quelle peur parlons-nous ?

La peur pour moi ,de tomber malade, de mourir, de souffrir, de perdre mon emploi ?

Ou

la peur pour mes proches, mes parents, mes enfants, ou même mes patients si je suis soignant(e)?

Certainement tout ça à la fois…

Les travaux du Dr Bach l’ont amené à définir deux grands types de peurs : la peur pour soi et la peur pour les autres. Ce que nous regroupons sous un même mot couvre en fait des émotions bien différentes.

La peur est là lorsque je crains qu’il m’arrive quelque chose de négatif, de mauvais. Ce peut être des peurs connues, concrètes que je peux nommer, comme être des peurs vagues que je n’arrive pas à expliquer.

Le Docteur Bach a déterminé deux fleurs pour équilibrer ces deux aspects de la peur pour soi :

– Mimulus (La Muscade) quand je sais de quoi j’ai peur,

– Aspen (Le Tremble) quand je ne sais pas définir la cause de ma peur.

La peur est là encore quand je crains pour les autres; la fleur pour l’équilibrer est  Red Chestnut (le Marronnier Rouge).

Maintenant que vous savez faire la différence, ne laissez aucun virus vous faire peur. La peur est bien sûr nécessaire pour inciter à la prudence. Mais quand elle prend le pas sur l’équilibre intérieur, elle devient délétère et favorise l’envahisseur.

Alors, analysez la peur que vous vivez et prenez les fleurs de Bach qui permettront de l’équilibrer.

Hélène Jayet

http://www.fleursdebach-eprth.fr

www.lpefb.com


Poster un commentaire

COMMENT ENTRETENIR SA MEMOIRE

Beaucoup de personnes se plaignent de ne pas avoir de mémoire. Les phrases les plus courantes sont :

  • J’ai la tête comme une passoire
  • J’ai alzheimer
  • Je perds la tête
  • Je cherche mes mots…

Certes nous savons qu’à partir d’un certain âge, nous perdons des neurones au lieu d’en fabriquer, mais pas de panique ce qui est rassurant c’est que nous pouvons jouer un rôle dans le retardement du vieillissement de notre mémoire.

Voici un petit résumé pour vous aider à l’entretenir.

Ce qu’il faut faire :

  • Avoir une alimentation variée. Peu de personnes pensent que l’alimentation joue un rôle dans la bonne santé de notre mémoire ; c’est pourtant le cas ! Si vous décidez de faire des pâtes ou une pizza, ajoutez à votre plat quelques légumes de saison crus ou cuits par exemple …
  • Cultiver l’altérité, c’est-à-dire fréquenter des êtres humains physiquement (de vrais êtres humains). Sortez, allez à la rencontre de personnes par l’intermédiaire d’un club de marche, de cuisine, de lecture suivant vos goûts ou tout simplement organisez une réunion entre amis. Parler et rencontrer de nouvelles personnes stimule le cerveau.
  • Faire de l’activité physique : c’est primordial ! L’exercice physique permet de préserver sa mémoire et même de la consolider, comme le rappelle une étude menée par des chercheurs de l’University of California. Il augmente la connexion entre les parties du cerveau responsables de la formation et du stockage de la mémoire. Alors n’hésitez pas : marche, yoga, tai chi… il y a tellement de choix !

Maintenant voici une petite liste de ce qu’il faut éviter :

  • Eviter de garder votre portable toute la journée à vos côtés ou mettez-le en mode avion. En effet, si l’objet de tous vos désirs est toujours en activité, votre cerveau sera dans l’attente de notifications, de réponses à d’éventuels messages… Dans ce cas, il ne travaillera pas et n’apprendra pas correctement ; ses efforts seront limités.
  • Eviter la routine : il faut donc s’ouvrir aux changements. Tout est valable. Vous pouvez changer de magasin alimentaire, de circuit en voiture ou à pied, changer l’ordre de vos tâches quotidienne…. C’est à la portée de tout le monde.
  • Eviter les anxiolytiques et somnifères. Nous savons que ces médicaments, même s’ils paraissent indispensables à certains moments, doivent être arrêtés le plus rapidement possible (avec avis médical bien sûr). Ils sont en effet, responsables de troubles de la mémoire et de la concentration.

Voici ce que l’on peut faire à notre échelle pour ralentir le vieillissement de notre mémoire.

Mais noter des conseils c’est facile. Passer à l’action l’est beaucoup moins.

Alors si vous ne trouvez aucune motivation pour cuisiner, si vous êtes trop addict au portable pour le laisser de côté, si vous n’arrivez pas à pratiquer une activité physique, si pour vous, sortir de vos habitudes est trop difficile ou si vous le désirez mais que vous n’arrivez pas à diminuer ou à arrêter les anxiolytiques que vous prenez depuis quelque temps alors pensez aux Fleurs de Bach.

Elles pourront vous accompagner, vous stimuler, vous aider à changer et à voir les choses autrement.

De plus, la mémoire est facilement défaillante quand nous ne sommes pas au mieux de notre forme, de nos émotions. En prenant les fleurs de Bach, nous pourrons sortir d’un état de stress, de fatigue, d’abattement. Notre matière grise sera donc en mesure de mieux enregistrer, stocker et donner toutes les informations dont nous avons besoin.

Maintenant, à vous de jouer, vous avez toutes les cartes en main !

Patricia


1 commentaire

Les bonnes résolutions pour la nouvelle année

Le changement d’année marque toujours un besoin de renouveau et de vouloir améliorer notre quotidien en passant par soi-même !

Les bonnes résolutions sont une coutume de la civilisation occidentale qui consiste, à l’occasion du passage à la nouvelle année le 1er janvier à prendre des engagements envers soi-même pour améliorer son comportement, changer des choses dans le quotidien, arrêter certains modes de fonctionnement néfastes durant l’année à venir.

Cela peut être :

– Améliorer son bien-être physique : se remettre en forme en pratiquant du sport plus régulièrement, manger sainement.

– Améliorer son bien-être mental : rire plus souvent, profiter de ses amis, de sa famille, faire connaissance avec des nouvelles personnes, faire des activités qui font plaisir, réduire son stress, travailler sur soi en cherchant les causes du mal être.

Cependant bon nombre d’entre nous fait des bonnes résolutions chaque année et malheureusement on s’aperçoit souvent qu’arrivé à la fin de l’année beaucoup de ces résolutions n’ont pas été tenues…

Pour quelles raisons ? Parce que souvent il est difficile d’y parvenir seul ; ou bien parce que le nombre de résolutions est trop important ; ou encore parce qu’on souhaiterait que les résultats soient immédiats et que l’on se décourage quand ils tardent à venir.

Se faire accompagner pour atteindre ses objectifs permet de ne pas se retrouver seul face à ces résolutions qui peuvent paraitre difficiles ou insurmontables. Cela permet d’avoir une meilleure connaissance de soi, de mettre des mots sur des difficultés pour arriver étape par étape à ce que l’on souhaite.

Et si 2020 était l’occasion de se remettre en question, de faire le tri dans ce que l’on ne veut plus (au sens propre comme au sens figuré 😉) pour juste se sentir en phase avec soi. Le changement nous permet d’entrevoir quelque chose de nouveau, des ressources endormies que nous avons la possibilité de « réveiller » ou « révéler » pour aller vers ce que nous voulons.

Notre travail en tant que Conseillères en Fleurs de Bach consiste à vous aider à vous faire prendre conscience de votre potentiel et vous amener vers ce que vous souhaitez et comme dirait le Docteur Bach « Ne me croyez pas, expérimentez ! ».

Céline


Poster un commentaire

Un automne serein avec les fleurs de Bach

Nous voilà arrivés dans la saison automnale, la période estivale est maintenant loin, nous avons tous repris le rythme scolaire ou celui du travail depuis plusieurs semaines.

 Notre environnement change, la nature prend une nouvelle apparence et se pare de belles nuances colorées. Nous voyons nos habitudes s’adapter aux changements de température, à la perte de luminosité… Pour certains c’est la saison qui réconforte par ses chaudes couleurs, d’autres y voient tristement l’arrivée proche de l’hiver… A chacun sa préférence…

Mais au final ce qui est essentiel, c’est de vivre le moment présent sereinement quelle que soit la saison. Et pour cela nous avons un outil précieux à disposition, les fleurs de Bach.

Et pour les choisir, ce qui nous guidera, ce n’est pas le contexte ou la situation, mais ce que nous ressentons, la façon dont nous sommes impactés par les modifications survenant autour de nous, les événements imprévus, les problèmes au travail, familiaux ou autres…

Alors en regardant de plus près, nous pouvons remarquer que nous avons débuté cette saison automnale avec des émotions qui ne nous sont pas toujours très agréables ou confortables.

Par exemple si ces derniers temps :

– Nous sommes plus réactifs aux propos des autres, nous nous sentons agressés, piqués par leurs paroles et toujours prêts à y faire un retour. La fleur de Holly nous permettra de nous sentir moins hypersensibles à ces propos et de ne pas les prendre comme une agression.

– Nous regardons plutôt contrariés, notre collègue qui va avoir l’opportunité de faire le nouveau stage très intéressant proposé par l’entreprise, alors que nous n’avons pas eu cette chance ! La fleur de Willow nous permettra de ne pas rester dans le ressentiment et de voir ce qui peut être intéressant pour nous.

 – Notre famille se repose facilement sur notre bonne nature et nous ne trouvons plus de temps pour nous à force de répondre à toutes ces demandes. La fleur de Centaury nous permettra de rester à l’écoute des besoins des autres tout en respectant les nôtres.

Nous pourrions trouver de multiples exemples et voir que pour chaque ressenti nous trouverions une fleur qui nous aiderait à revenir vers l’équilibre, et nous permettrait que cela résonne bien en nous.

Pensons aux fleurs de Bach pour retrouver la juste nuance de nos émotions, celle qui fait que nous pouvons traverser plus sereinement les aléas du quotidien et profiter pleinement de cette saison automnale.

Régine


Poster un commentaire

CANICULE, pensez aux Fleurs de Bach

Depuis quelques jours la chaleur est devenue étouffante dans presque toutes les régions de France.

Certaines personnes sont fortement indisposées, d’autres font des malaises.

Les médias nous donnent les informations nécessaires pour nous permettre de ne pas nous déshydrater ou de ne pas attraper de coups de chaleur, conséquences possibles de ces températures extrêmes.

Toutefois, pour d’autres, le physique va bien ou à peu près, mais le moral n’est pas au beau fixe.

Je vais donc aujourd’hui vous parler des Fleurs de Bach qui pourraient vous aider à mieux vivre ces journées difficiles, ces journées qui provoquent en nous des émotions désagréables lorsque le thermomètre atteint les 40 degrés : irritabilité, manque d’intérêt, impatience, peur, contrariété…

En premier lieu, je voudrais vous parler de la Fleur WALNUT ; cette Fleur permet d’être moins sensible aux changements, de mieux les appréhender. Il est vrai que durant ces journées de canicule, le corps fait face à beaucoup de modifications physiologiques et vous-même devez quelquefois « chambouler » votre emploi du temps, vos habitudes, vos comportements…

Ces contretemps, la façon de se comporter de votre entourage peuvent vous contrarier, vous irriter. Suivant l’émotion ressentie, vous pourrez alors vous aider également avec HOLLY, BEECH… par exemple. Elles vous permettront d’être plus tolérant, d’accepter de faire des concessions et de voir les choses avec moins d’animosité. 

Ne pouvant pas sortir, votre patience est peut-être mise à rude épreuve par le manque d’activité ; alors, prenez IMPATIENS. Cette Fleur vous apportera de la détente et vous trouverez un côté positif dans le fait de vous reposer, de prendre un moment pour vous.

Mais cette canicule peut aussi vous rendre inquiet. Vous pouvez par exemple avoir peur pour vos parents âgés, vos enfants en bas âge. Dans ce cas-là, quelques prises de RED CHESNUT peuvent être bénéfiques. Vous pourrez alors penser à eux d’une manière plus positive, avec confiance.

Souvent, la chaleur provoque un manque d’intérêt pour tout. Vous n’avez pas envie de lire, de sortir, de faire le ménage, d’aller voir vos amis et la télé ne vous intéresse pas. Vous n’avez envie de rien faire… vous n’êtes pas forcément bien en ne faisant rien mais bon… appelons ça la « bof attitude ». Pas de panique, WILD ROSE pourra vous sortir de cette léthargie en vous redonnant goût à certaines activités.

Grâce à ces exemples vous pouvez constater que les Fleurs de Bach sont des aides quotidiennes, pour toutes les situations, mêmes celles auxquelles vous n’auriez pas pensé.

Dès que vous sentez des émotions dérangeantes, désagréables, peu importe la situation, le lieu, le moment, si vous pouvez les prendre, pensez aux Fleurs de Bach ; vous vous apercevrez qu’elles sont vos amies de tous les jours.

Patricia


Poster un commentaire

Accompagner les animaux dans le deuil de leur compagnon animal !

Celui qui a vécu la perte de son compagnon animal sait combien ce moment est douloureux. En effet le compagnon  animal qui a eu des liens très proches avec son gardien, est perçu comme un membre à part entière de la famille. Son décès  laisse une cicatrice  émotionnelle forte. Peu importe le temps écoulé,  le souvenir de cette perte ranime toujours une douleur en soi. Thierry, 48 ans, se souvient parfaitement de la mort de son lapin Pimpin lorsqu’il avait 8 ans…Blandine  a les yeux qui brillent en parlant de Boby son premier chien…Aline ne peut toujours pas évoquer la mort de sa chatte Tigresse adoptée par ses parents lorsqu’elle a fêté un an et qui est  morte à l’âge de 18 ans…

Même si on sait que les animaux domestiques ont une durée de vie plus courte que la nôtre, il n’empêche qu’on n’est jamais vraiment préparé à leur départ. Chacun va réagir différemment selon sa personnalité. Le décès de l’animal  provoque  un choc avec son lot d’émotions désagréables : tristesse,  colère, sentiment d’injustice,  culpabilité,  peur…dans le chagrin, les émotions peuvent se succéder, se mélanger et se confondre.

 Le  deuil commence : il faut gérer ses propres émotions parfois celles de ses proches  et si certaines personnes vous font part de leur empathie, il faut parfois aussi faire face à d’autres qui dans  leur incompréhension, trouvent votre réaction exagérée, affirmant que « Voyons ! Il ne s’agit que d’un animal !! »

Il est conseillé de  prendre d’abord soin de soi ! Comment  peut- on aider les autres si nous n’allons pas bien nous-même !

Les Fleurs de Bach sont un outil très efficace. Dans ces moments difficiles…  si on a du mal à reprendre ses esprits, à gérer ses émotions, le remède de secours, comme son nom l’indique, est d’un grand secours. Il est conseillé en cas de crise. Une composition personnalisée  pourra être nécessaire si nous désirons  travailler plus en profondeur des états émotionnels perturbants.

Les mentalités commencent à évoluer…

Il est ENFIN admis officiellement  que LES ANIMAUX ONT DES EMOTIONS. Seulement,  comme ils les expriment  avec un langage non verbal, c’est à nous,  humains, de le comprendre, de les décoder. Cela n’est pas toujours évident.

La plupart du temps, dans ces circonstances bouleversantes, on oublie de s’occuper de l’état dans lequel se trouvent les autres animaux de la maison. Eux aussi, tout comme vous, vont faire l’expérience de l’absence ad vitam aeternam de leur compagnon.

Les animaux ne viendront pas se plaindre à vous alors faites  attention à  eux, ils  peuvent aussi souffrir du décès de leur compagnon !

 Comme pour les humains, devant cet événement  tragique,  chaque animal va réagir selon sa personnalité. A la mort de notre chienne Nougatine, nous avons montré le corps sans vie à nos deux autres chiennes, ses sœurs. Cette démarche est difficile mais elle évite à l’animal qui reste de le chercher ou de l’attendre indéfiniment. Chacune de nos chiennes  a réagi à sa façon : l’une est partie se coucher en boule dans la niche, l’autre ne cessait de me sauter dessus pour affirmer sa présence  … 

La mort d’un compagnon animal  peut entrainer de l’anxiété chez l’animal, il faut donc être attentif à tout changement de comportement :

Comment est son regard ? Est-il triste ? Manque-t-il de motivation ? Est-il réticent à sortir de sa niche, à se lever, à jouer ? Comment est son sommeil ? Comment est son appétit ? Gémit-il ? Se lèche-t-il exagérément ?…

Se souvenir du compagnon animal qui nous a quitté est juste. Il est aussi important de passer du temps avec les animaux vivants particulièrement  dans cette période de transition. Il faut rester vigilant même si les émotions sont particulièrement  remarquables chez les animaux pendant  cette période. Certains s’adaptent, d’autres hypersensibles, peuvent tomber malade et à leur tour nous quitter. Cela arrive fréquemment  par chagrin.

Les Fleurs de Bach accompagnent bien les animaux et généralement sont très bien accueillies par eux car ils sentent les bénéfices dès la première prise. Mes chiennes me lèchent  les mains pour me dire quand elles en ont besoin !

On proposera  à chacun,  selon son besoin,  une préparation personnalisée. En effet, le même événement peut être vécu différemment  par chacun  et de ce fait la composition est distincte…

On peut administrer les Fleurs de Bach  directement ou les mettre dans la gamelle d’eau. Et s’il y a partage de la gamelle d’eau, les autres animaux de la maison profiteront des bienfaits des Fleurs s’ils en ont besoin sinon elles n’agiront pas sur eux.

Attention ! Les pastilles de la marque Rescue sont toxiques pour les animaux, chiens, chats, mortelles pour les rongeurs !

Rappelez-vous que donner de l’Amour à ses animaux, donner de la présence, les caresser, leur parler, les câliner, être à leur écoute reste sans aucun doute, les meilleurs remèdes au monde !

Manuela


Poster un commentaire

White Chestnut – Marronnier blanc – Aesculus Hippocastanum

Il s’agit d’un arbre d’une trentaine de mètres de haut, à l’écorce écailleuse brun-gris.

WCLes fleurs, simples ou doubles, forment des épis serrés et dressés. Les fleurs inférieures possèdent des pétioles plus longs formant une pyramide. Les pétales sont d’un blanc pur, parsemés d’éclats cramoisis et jaunes. Les fleurs supérieures sont en général fleurs mâles et les fleurs inférieures, fleurs femelles.

Le marronnier blanc est en fleurs fin mai début juin.

« Les étamines proéminentes sont comme autant de petites langues qui bavardent, et bavardent encore. Mais ça bavarde au-dedans. »*

Cette fleur fait partie du groupe « Manque d’intérêt pour le présent » et est préparée par la méthode de solarisation.

Indications de la fleur : pour les personnes qui ont des pensées incessantes et obsédantes. Ces pensées peuvent un temps être refoulées mais reviennent encore et encore…

Marianne

*Annie Guibert, Fleurs de Bach, fleur de soi


Poster un commentaire

Communication animale et Fleurs de Bach : la belle histoire d’INKA !

Depuis 2015, la loi française, affirme que l’animal est « doué de sensibilité. » Ce qui signifie que tout comme l’humain, il est un être vivant capable d’éprouver des émotions. Grâce à cette reconnaissance, l’animal n’est plus considéré comme un bien matériel.

La relation homme-animal est en plein changement, on le voit bien, même si un fossé s’est creusé entre les animaux destinés à «l’affection», appelés,  « de compagnie» et ceux destinés à «la consommation».  Les récents scandales des abattoirs ont alerté et sensibilisé l’opinion publique au sujet de la maltraitance animale. Un choc et une prise de conscience pour les carnivores…

Cependant, mon propos n’est pas d’aborder ce thème aujourd’hui, il est plutôt de vous parler des animaux dits «d’affection» ceux qui, perdus ou volontairement abandonnés, sont recueillis par la SPA, la Société Protectrice des Animaux.
Je voudrais témoigner de l’effet des Fleurs de Bach et de la communication animale sur un chien renommé INKA.

Comme vous le savez peut-être, la SPA avec les moyens dont elle dispose, un personnel restreint et une poignée de bénévoles, aide des animaux recueillis, avec bienveillance, attention et amour, et cela tous les jours de l’année. Nourris, soignés, hébergés, en sécurité, ces animaux se retrouvent malgré tout coupés de leur environnement habituel, dans un milieu inconnu avec un émotionnel à «fleur de poils». 

Ces animaux doivent faire face à de multiples difficultés  : personnes et lieux inconnus  proximité avec d’autres animaux, aboiements presque incessants et captivité. A la détresse due à l’abandon, au décès de leurs gardiens âgés, peuvent s’ajouter pour certains, les séquelles des jours d’errance, sans manger et sans boire, ainsi que l’onde de peur liée à l’insécurité du dépaysement. C’est beaucoup en même temps… Autant de traumatismes que tous les intervenants tentent de soigner par leur amour, leur présence et des moyens vétérinaires. Leur but est de permettre à l’animal de retrouver son équilibre au plus tôt, une chance pour lui d’être adopté rapidement. Le moindre progrès est guetté. Il est un atout, une porte ouverte vers un nouveau foyer : un animal ayant une bonne vitalité est plus attirant pour l’adoption. Dans le cas contraire, c’est un séjour prolongé, subi, une attente indéterminée.

Martine, amie et bénévole à la SPA du Tarn, est une personne très dévouée aux animaux. Sensibilisée aux Fleurs de Bach,  elle me sollicite pour une communication animale avec OTTO, labrador de 3 ans environ qui réside à la SPA depuis 2 ans et qui ne peut être adopté car trop craintif.
Cette communication animale est fructueuse : Otto me fait comprendre que son nom est Inka, qu’il se sent victime, impuissant, malheureux car il n’a plus confiance en l’être humain qui l’a trahi. Déprimé, il n’a plus goût à la vie et ne veut voir personne,  même si Martine est gentille, il refuse son aide.

A la suite de cette communication animale, je me rends au refuge avec les Fleurs de Bach, dans l’intention de proposer un flacon de composition personnalisé. Je rencontre Otto dans son box. A peine voit-on son bout de museau sortir de la niche. Il est prostré, impossible de le faire sortir pour les balades…Tout juste si Martine arrive à l’approcher. Elle passe beaucoup de temps, assise dans le box à lui parler, à lui lancer des friandises pour qu’il sorte mais rien n’y fait. Elle désespère pour lui : aussi craintif, il ne peut être adopté.

En discutant avec l’équipe, j’apprends qu’Otto a changé de comportement dès son retour de la castration : voilà que la communication animale prend du sens… Les Fleurs de Bach vont pouvoir agir en rééquilibrant les émotions perturbantes ressenties par cet animal en souffrance.

Quelle n’a pas été notre surprise le lendemain de la prise des Fleurs de voir Otto sortir de sa niche et réagir au nom d’Inka ! Maintenant, ce nom lui correspond, son identité est officiellement reconnue. Depuis, il est régulièrement laissé en liberté dans l’espace clôturé où il n’arrête pas de courir partout joyeusement. Ce changement est impressionnant, à la fois émouvant et tendre : Inka a retrouvé le goût de vivre !

Les Fleurs de Bach placebo ?  Qu’en pensez-vous ?

Manuela Valverde


Poster un commentaire

OSER SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT

SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT, C’EST ETRE ACTEUR DE SA VIE.

Y RESTER, C’EST EN ETRE SPECTATEUR.

Nanan-akassimandou

La zone de confort représente l’ensemble des habitudes et des comportements que nous adoptons quotidiennement.

C’est aussi cette petite voix qui nous dit : « ne fais pas ça, tu risques d’échouer » ou alors :  » reste tranquille comme cela tu ne seras pas jugé »…

Dans cette zone, nous pouvons garder le contrôle, nous agissons de manière automatique, naturelle et sans angoisse, ce qui entraîne peu de stress et d’anxiété. Elle nous rassure et grâce à cela nous nous sentons en sécurité.

Mais à quel prix ?

Cette zone de confort, ne devient-elle pas au bout d’un moment une prison dorée ? Y rester ne nous empêche-t-il pas d’aller vers un épanouissement personnel?

Pour savoir si c’est le cas il est utile de se poser quelques questions :

Mes comportements et mes habitudes correspondent-ils à que ce que je souhaite accomplir dans la vie ?

Ce que je fais au quotidien me rend-il heureux ?

Si la réponse est « non », il serait utile d’essayer de sortir de cette zone de confort.

Peut-être avez-vous déjà essayé sans succès. Il est vrai qu’il est difficile de changer ses habitudes, d’accomplir certains actes ou d’acquérir des savoir-faire. Cela nécessite de beaucoup de courage et de confiance en soi.

Mais sortir de cette zone de confort, c’est se donner les moyens d’avancer, se permettre de suivre son chemin de vie et se rapprocher ainsi du bonheur personnel, ceci sans se fier aux préjugés qui en découlent.

Pour commencer et s’habituer au changement sans trop s’écorcher, pourquoi pas commencer par écouter un style de musique différent, cuisiner des plats avec de nouvelles saveurs ou changer de supermarché. Ces petits changements permettront d’habituer votre cerveau à l’imprévu et de mettre en évidence que sortir de sa zone de confort n’est pas si dangereux et désagréable que ça ! bien au contraire !

Vous pourrez ensuite aller plus loin en vous lançant chaque semaine des petits défis ou acquérir de nouvelles connaissances. Ainsi vous repousserez petit à petit vos limites et renforcerez votre confiance en vous.

« Tout ceci est facile à dire mais il est plus difficile de le faire » me direz-vous !

Je vous l’accorde. C’est pourquoi je vous propose d’utiliser les fleurs de Bach. Elles vous aideront à surmonter vos craintes, vos doutes et bien d’autres émotions qui pourraient vous empêcher d’avancer. Il vous suffit de trouver les émotions dérangeantes qui freinent votre progression et sélectionner les fleurs qui rééquilibreront ces états émotionnels. Vous pourrez ainsi vous faire un mélange de 7 fleurs maximum dans un flacon compte-goutte de 30 ml. (2 gouttes de chaque fleur et compléter avec de l’eau de source en bouteille). Vous prendrez 4 gouttes 4 fois par jour minimum de ce mélange*. Les effets positifs arriveront petit à petit et vous serez surpris d’oser …

Alors, avec ou sans les fleurs de Bach, pour vivre une vie riche et aller vers de nouveaux horizons, donnez un coup de balai à certaines de vos habitudes et lancez-vous !

* N’hésitez pas à aller vers un conseiller fleurs de Bach qui vous aidera à découvrir ces émotions dérangeantes. Il vous préparera également le flacon personnalisé.

Patricia