Le blog des conseillers Fleurs de Bach


Poster un commentaire

Le Virus de la Peur

Montaigne disait : « Qui craint de souffrir, il souffre déjà de ce qu’il craint ».

N’est ce pas que cette affirmation est d’actualité dans cette période que nous vivons depuis plus de six mois maintenant? La peur est parmi nous et fait ses ravages !

Il n’est pas question dans mon propos de nier l’existence du virus qui donne la COVID19. Il est là, il circule, il contamine, il rend malade, il tue, dans le monde entier. Nous le savons, on nous le serine à longueur de journée; nous adaptons nos vies  au fil des recommandations sanitaires qui nous sont imposées selon où nous habitons. Nous l’acceptons bon gré mal gré, par mesure de précautions ou par amour des autres, ou par peur…

Cette peur, justement, c’est mon propos. La peur circule autour de nous autant que ce virus impalpable. Si lui, reste invisible, la peur, elle, se voit sur des visages moins souriants, dans des mouvements raidis, dans des pas pressés, dans des détours pour ne pas croiser son prochain, dans un isolement derrière des plexiglas…

La peur est très contagieuse dans un contexte de pandémie !

Montaigne le disait déjà, Edward Bach, médecin, le confirme : « La crainte de la maladie s’est étendue de nos jours jusqu’à donner une grande puissance au mal, parce qu’elle ouvre la porte à ce que nous redoutons et en facilite l’entrée ». Cela a été écrit dans les années 1930. Et pourtant, quelle actualité !

De quelle peur parlons-nous ?

La peur pour moi ,de tomber malade, de mourir, de souffrir, de perdre mon emploi ?

Ou

la peur pour mes proches, mes parents, mes enfants, ou même mes patients si je suis soignant(e)?

Certainement tout ça à la fois…

Les travaux du Dr Bach l’ont amené à définir deux grands types de peurs : la peur pour soi et la peur pour les autres. Ce que nous regroupons sous un même mot couvre en fait des émotions bien différentes.

La peur est là lorsque je crains qu’il m’arrive quelque chose de négatif, de mauvais. Ce peut être des peurs connues, concrètes que je peux nommer, comme être des peurs vagues que je n’arrive pas à expliquer.

Le Docteur Bach a déterminé deux fleurs pour équilibrer ces deux aspects de la peur pour soi :

– Mimulus (La Muscade) quand je sais de quoi j’ai peur,

– Aspen (Le Tremble) quand je ne sais pas définir la cause de ma peur.

La peur est là encore quand je crains pour les autres; la fleur pour l’équilibrer est  Red Chestnut (le Marronnier Rouge).

Maintenant que vous savez faire la différence, ne laissez aucun virus vous faire peur. La peur est bien sûr nécessaire pour inciter à la prudence. Mais quand elle prend le pas sur l’équilibre intérieur, elle devient délétère et favorise l’envahisseur.

Alors, analysez la peur que vous vivez et prenez les fleurs de Bach qui permettront de l’équilibrer.

Hélène Jayet

http://www.fleursdebach-eprth.fr

www.lpefb.com


1 commentaire

Les Fleurs de Bach : système de santé de nos émotions

Récemment présentes sur un salon du bien-être, nous avons pu constater que de nombreux thérapeutes utilisent des Fleurs de Bach en complément de leur activité initiale. Constat positif puisque cela démontre qu’elles sont de plus en plus connues, reconnues et employées par tous.

star2.jpg

Star of Bethlehem

Il nous est également arrivé d’entendre dire que des pharmaciens, sages-femmes, ostéopathes, psychologues ou autres professionnels de santé invitent à prendre telle ou telle fleur en réponse à une situation très précise : Rock Rose pour des réveils nocturnes d’enfants, Star of Bethlehem pour un deuil, Olive pour de la fatigue, Holly pour la colère, Larch pour le manque de confiance en soi, etc. (Oh la la ! Que de raccourcis !)

 

Ces deux réalités nous poussent à préciser une fois encore de quelle manière utiliser les Fleurs de Bach :

  • Sur un système de prescription comme en allopathie : un symptôme = une fleur ?
  • Ou bien en prenant en compte la personne dans sa globalité : sa façon de voir la vie, ses souffrances, ses façons de réagir, son actualité, ses envies, ses besoins ?

rockrose2

Rock Rose

Prenons l’exemple de cette enfant à qui il a été prescrit Rock Rose pour des difficultés de sommeil. Sans aucun résultat, la maman se tourne vers une conseillère agréée en Fleurs de Bach : après un entretien il s’avère que cette fillette ne faisait pas de cauchemars, ni de terreurs nocturnes ce pourquoi l’emploi de Rock Rose aurait été justifié. En revanche, elle était excitée et impatiente à l’idée de vivre un très prochain voyage scolaire. Vervain et Impatiens ont permis à cette enfant (et à ses parents !) de revivre des nuits sereines.

larch1

Larch

Autre exemple, Larch prescrit à un chef d’entreprise qui disait manquer de confiance en lui. Une nouvelle fois, pas de résultat. « Pourquoi vous a-t-on donné Larch ? » demande le conseiller  « Je ne sais pas. C’est mon thérapeute qui m’a dit de le prendre ». Si le thérapeute avait pris le temps et laissé la possibilité à cet homme de s’exprimer sur son manque de confiance en lui, il aurait pu se rendre compte que ce n’était pas Larch qui était nécessaire mais Mimulus. En effet, c’est le fait de prendre la parole en public qui posait problème à cet homme et non un manque de confiance dans ses capacités.

A noter aussi qu’au cours d’un entretien agréé Centre Bach, les Fleurs sont proposées, commentées et validées par le client qui est acteur de sa santé émotionnelle. Il sait donc pourquoi et dans quel but il prend la ou les fleurs qui composent son flacon personnalisé. Cette étape d’appropriation est primordiale pour un résultat optimal.

En conclusion, n’oublions pas que les « Fleurs de Bach » sont avant tout une méthode et une philosophie, qui se traduit concrètement par la prise d’élixirs floraux adaptés aux émotions de la personne. C’est l’émulsion de ces trois ingrédients qui fait que la mayonnaise est réussie. Enlever l’un d’entre eux, le résultat ne pourra qu’être décevant ou partiel.

Hélène, Manuela, Marianne, Patricia et Virginie

Cf autre article sur ce thème : « Les fleurs de Bach : thérapie à part entière ou secondaire ? »

 


Poster un commentaire

Mimulus, la mimule ou muscade – Mimulus guttatus

Initialement paru le 25 novembre 2012

Voici une autre fleur dont le « geste » a attiré l’attention d’E.Bach lors de ses pérégrinations dans la campagne anglaise dans les années 20.

300x1200La fleur MIMULUS (la Muscade)

Cette plante vivace, haute de 25 cm a une tige creuse.

Elle pousse de juin à août au bord de l’eau, ruisseaux, cours d’eau, cascades et lieux humides.

La plante, bien que souvent submergée par les eaux vives, réussit à se retourner vers le haut pour sortir ses pétales de l’eau, elle livre ses graines au courant.

Sa méthode de fabrication est par Solarisation.

Edward Bach a fait un parallèle avec les personnes courageuses, qui dépassent leur peur et affrontent leurs difficultés.

La force de MIMULUS est d’oser vivre dangereusement.

En donnant l’élixir MIMULUS aux personnes timides, timorées, craintives, elles retrouvent spontanéité, courage et détermination.

Marianne