Le blog des conseillers Fleurs de Bach


Poster un commentaire

Bonne nuit les petits…

Bonne nuit les petits - Une surprise de noël - YouTube

Le sommeil des enfants… Quel parcours du combattant parfois pour les parents… Quelle pression on met aussi à la fois aux enfants et aux parents quand on en parle… Et oui une injonction très culturelle fait encore des dégâts : à 3 mois un bébé doit faire ses nuits pour le plus grand bien de ses parents ! Seulement si ce n’est pas le cas, le drame n’est pas loin. Pire encore, si bébé commence à « bien » dormir (ce qui signifie dans l’inconscient collectif 8 heures de suite comme Papa et Maman ! Un non sens, j’en parlerai plus loin) et qu’à 6, 9 ou 12 mois, voire 2 ou 3 ans ses réveils nocturnes se multiplient, le ciel tombe alors sur la tête de tous les membres de la famille.

Entendons-nous bien : évidemment, nous avons tous besoin de dormir et la fatigue est le pire ennemi que chacun peut connaître. Elle est source de tensions multiples dans le couple, au travail, avec les enfants, absolument partout.

Évidemment, l’arrivée d’un enfant est une magnifique aventure, mais reste une Aventure avec un grand A avec des jours, ou plutôt des nuits avec et des nuits sans. La naissance n’en est que l’infime début 😉

Évidemment enfin, le sommeil d’un enfant n’est pas, et ne peut pas être, le même que celui d’un adulte (la dernière formation que j’ai faite auprès d’un pédiatre évoque la réalité d’un sommeil similaire à partir de… 12/13 ans 😉 ) ; comme celui d’un bébé de 2 mois ne peut être le même que celui d’un bambin de 2 ans ; ou encore celui d’un petit de 4 ans, être identique à celui d’un pré-ado de 11 ans, etc. Je rajouterais aussi que puisque nous sommes tous uniques, notre façon de dormir est, elle aussi, unique.

Ceci étant dit,  les nuits sont souvent le reflet des émotions ressenties pendant la journée. Chez les enfants, véritables éponges émotionnelles, cela peut être flagrant. Toutefois, il peut être parfois nécessaire de mener l’enquête pour comprendre pourquoi ces nuits sont tellement agitées. Le Conseiller en Fleurs de Bach proposera, en observant l’enfant et en échangeant avec lui et/ou ses parents, un mélange de Fleurs qui lui permettra de s’apaiser. Ce mélange sera spécifique à chaque situation.

  • Bébé sage comme une image, toujours très calme, très paisible, acceptant tout avec bonne volonté et qui se met soudain à se réveiller en hurlant, semblant dans une panique totale ? Lors de l’échange avec les parents rien ne semble avoir changé dans le quotidien actuel de cet enfant. En poursuivant la séance, on découvre que sa naissance a été traumatique, comme ses 3 premiers mois de vie durant lesquels il a souffert en silence avant d’être opéré d’une malformation rénale enfin détectée. Proposition est faite de travailler  avec les Fleurs sur cette piste…
  • Bambin qui ne supporte pas d’être couché, qui veut toujours se relever pour jouer, qui ne cesse de passer d’une activité à l’autre, qui s’endort très tard et se réveille très tôt… La piste : et s’il trouvait que dormir était une perte de temps tellement il a de choses incroyables à découvrir, tellement il est curieux de tout ?
  • Bébé qui s’endort très bien à la crèche sans doudou, sans tétine, mais ne supporte pas d’être endormi ailleurs que dans les bras de Maman quand il est à la maison. Et s’il avait un besoin insatiable d’amour, et s’il craignait de perdre l’amour de sa maman ?
  • Enfant qui se réveille plusieurs fois par  nuit, va voir ses parents, semble avoir peur de quelque chose sans pouvoir dire de quoi, qui vient juste de commencer l’école… Et s’il vivait beaucoup de choses nouvelles pendant sa journée et qu’il avait simplement besoin d’être rassuré ?

Voici juste quelques exemples parmi tant d’autres.

Histoires vécues, histoires accompagnées, histoires qui se finissent bien. Parce que ces enfants étaient en souffrance ; parce qu’il ne s’agit pas de les faire rentrer dans un « moule » pour qu’ils laissent enfin en paix leurs parents, mais bien de prendre en compte leurs émotions et de les aider à les équilibrer ; parce que, oui, les Fleurs de Bach prennent soin de nos petits et… par ricochet, des grands qui vivent avec eux !

Virginie

www.allaitement-achacunsonchemin.com


Poster un commentaire

INSOMNIES

ob_6b5c0b_insomnie-sablier.gif

Initialement paru le 17 juin 2015

Qui n’a pas un jour souffert d’insomnie ? On a beau essayer de compter les moutons, le sommeil ne vient pas et les heures s’égrainent…

On essaie les tisanes… Le problème est qu’on se réveille pour des besoins naturels…

Et vient le temps où on commence à prendre un 1er somnifère, puis deux, puis on se rend compte au bout d’un certain temps qu’il est difficile de les arrêter.

Bref ! Quand l’insomnie s’installe, on a beau appeler cela une nuit blanche, on passe des heures sombres !!!

Certains se disent alors qu’il leur faudrait peut-être trouver un moyen plus naturel pour renouer avec de vraies nuits reposantes.

A ceux-là, je propose d’essayer les fleurs de Bach.

Bien sûr, ce n’est pas la panacée ni une solution miracle !

Mais les fleurs de Bach peuvent faire partie de votre protocole pour retrouver un sommeil réparateur.

Tout simplement parce que les troubles du sommeil sont souvent liés à un stress excessif, à des périodes de vie difficiles à traverser, à des angoisses, etc…

L’avantage est qu’elles n’engendrent pas d’accoutumance et peuvent donc être essayées sans risque. Un autre avantage est qu’elles peuvent être prises en même temps qu’un somnifère (ou tout autre thérapie, d’ailleurs) sans inconvénient.

En fait, là où le somnifère pallie ponctuellement la difficulté d’endormissement, les fleurs de Bach accompagnent pour régler le fond du problème. Elles vont rééquilibrer progressivement les émotions à l’origine de votre mauvais sommeil et faire en sorte qu’au bout d’un certain temps, le somnifère ne soit même plus nécessaire.

Un autre avantage est que non seulement elles permettront de meilleures nuits mais aussi de faire face, dans la journée, aux difficultés qui sont causes de cette dégradation du sommeil. De même, elles aideront à mieux supporter le manque de sommeil lui-même engendrant du stress qui perturbe le sommeil et ainsi de suite… donc, à briser un engrenage difficile à arrêter.

Enfin elles peuvent être données à des enfants même tout jeunes car eux aussi peuvent avoir parfois un sommeil perturbé. Cela même pour des petits bébés qui ont des nuits agitées sans raison apparente.

Alors, pensez-y lorsque le sommeil vous fait défaut…

Hélène